Voyage d’affaires : pas de retour à l’activité pré-covid en Europe avant quatre ans

D’après le rapport annuel BTI 2020 publié par la GBTA, l’Europe de l’Ouest devrait être la dernière région au monde à retrouver ses résultats d’avant la crise, probablement en 2025 ou 2026.

La Global Business Travel Association (GBTA) a publié ces jours-ci son Business Travel Index, et ce pour la douzième année consécutive. Ce rapport annuel dresse des projections à cinq ans de l’activité du voyage d’affaires dans le monde, en ayant réuni des données sur 73 pays ! Résultat, l’Europe de l’Ouest devrait être la dernière région au monde à retrouver ses résultats d’avant la crise, probablement en 2025 ou 2026.

Le rapport indique d’abord que la pandémie de Covid-19 a entrainé une baisse de 77 % de l’activité du voyage d’affaires en Europe de l’Ouest, de début avril à la fin de l’année 2020, la plus importante chute au monde après celle des Etats-Unis (79%). La diminution n’est « que » de 58% (56% pour la France) sur l’ensemble de 2020 compte tenu notamment d’un assez bon début d’année.

La reprise devrait être plus lente dans l’Ouest du Vieux continent que dans le reste du monde. Ainsi, le BTI prévoit cette année une reprise de 18,5% de l’activité du voyage d’affaires en Europe de l’Ouest, plus faible que la moyenne mondiale (21,2%). Mais il est vrai que l’Europe est un agrégat de nombreux pays, chacun d’eux étant en charge de ses frontières malgré Schengen et la volonté des États membres d’harmoniser les mesures permettant de voyager à l’intérieur de l’Union.

Pour le marché européen, Chris Ely, directeur de recherche GBTA, table sur un retour à l’activité antérieure à la pandémie en 2025 ou 2026. Ainsi, l’index prévoit en 2024 que l’Europe de l’Ouest ne retrouvera que 78% de son activité de 2019. « Mais il existe de très nombreuses inconnues. Et le retour au niveau d’activité pré-pandémique pourrait survenir plus tôt au regard de différents paramètres. Il suffit d’observer les incertitudes pour les prochains mois liées par exemple à l’efficacité des vaccins ou à l’ouverture des frontières…« .

La situation est un peu différente selon les pays. Pour la France, le BTI table sur des dépenses du voyage d’affaires de 36 milliards de dollars US en 2024, contre 43,4 milliards en 2019, soit – 17% par rapport à la période pré-pandémique. Pour le Royaume-Uni, confronté en outre aux incertitudes liées au Brexit, le BTI prévoit une activité de 40,2 milliards de dollars contre 53 milliards en 2019 (-18,6%). Pour l’Allemagne, grand exportateur de produits manufacturés, est prévue une activité de voyage d’affaires de 55,4 milliards de dollars en 2024, contre 78,4 milliards en 2019 (71% du niveau pré-pandémique). Pour les pays nordiques, l’activité devrait atteindre 27,8 milliards de dollars, contre 33,4 en 2019 (83% de l’activité pré-pandémique).

On notera par ailleurs que tous les pays européennes vont régresser au niveau du classement mondial des dépenses dans le voyage d’affaires, pays par pays, entre 2019 et 2024, au profit surtout des pays asiatiques.