Air France-KLM : la France et les Pays-Bas volent au secours du groupe aérien

En pleine crise économique liée au coronavirus, le groupe aérien négocie actuellement des emprunts garantis par la France et les Pays-Bas à hauteur de 6 milliards d’euros. L’objectif : survivre à la crise. 

- Publicité -

A l’heure où Air France et KLM Royal Dutch Airlines poursuivent leurs vols de rapatriements, le groupe aérien pourrait bénéficier de garanties de la part des deux Etats européens dans l’optique d’une sortie de crise financière. Selon Reuters, ces garanties sur emprunts bancaires s’élèvent à 4 milliards d’euros pour Air France et de 2 milliards d’euros pour KLM, soit un total de 6 milliards d’euros. Une somme indispensable pour le groupe en réelle difficulté qui viendrait tout de même s’ajouter à la dette déjà existante qui avoisine les 1,2 milliards d’euros. 

Le Ministre Bruno Le Maire a par ailleurs ajouté qu’il préférait « que nous nous endettions aujourd’hui, en évitant un naufrage, plutôt que laisser détruire des pans entiers de notre économie ». Si la nationalisation n’est pour le moment pas d’actualité, le Ministre de l’économie a toute de même précisé qu’il ne pourrait, dans tous les cas, s’agir que de nationalisations temporaires et que les entreprises en bénéficiant se verraient contraintes de ne pas verser de dividendes sur cette année 2020. Pour rappel, 45 000 salariés d’Air France sont aujourd’hui au chômage partiel et la compagnie n’assurait plus que 10% de ses vols la semaine dernière. Un chiffre qui devrait continuer de baisser jusqu’à la reprise progressive du trafic aérien…