Coronavirus : les mesures de Bercy pour les entreprises du voyage

Les EDV (Entreprises du Voyage) et le SETO (Syndicat des Entreprises du Tour-Opérating) , entre autres organisations professionnelles, ont été reçu ce lundi au Ministère de l’Économie et des Finances. Parmi les principales mesures annoncées par Bercy : le report des charges sociales et fiscales, ainsi que des allégements des charges, et dégrèvements d’impôts au cas par cas.

- Publicité -

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, Muriel Pénicaud, ministre du Travail, et Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat auprès du premier, ont reçu ce lundi matin les différents acteurs économiques nationaux sur le coronavirus. Étaient présents les EDV et le SETO, représentés par Valérie Boned et René Marc Chikli, aux côtés d’une cinquantaine d’autres organisations portant la parole des acteurs économiques les plus touchés par les conséquences économiques du COVID 19.

Bruno Le Maire a exprimé sa volonté de faire du soutien aux entreprises touchées sa priorité absolue. Ce soutien passera par différentes mesures qui répondent en partie aux demandes récemment exprimées par les professionnels du tourisme, en améliorant les dispositifs déjà existants plutôt qu’en créant de nouvelles mesures.

Les entreprises du secteur pourront bénéficier :
– du report des charges sociales et fiscales par simple envoi d’un mail ; sont donc concernées sans que cette liste ne soit exhaustive le paiement des cotisations URSSAF (dont la taxation des CDDU), le paiement de l’acompte IS, la TVA,
– d’allégements des charges, et dégrèvements d’impôts au cas par cas s’il s’agit d’une question de survie pour l’entreprise,
– de l’élargissement de la garantie BPI pour les prêts de trésorerie, avec un accès facilité par un numéro vert,
– d’un recours à l’activité partielle facilité avec un délai de traitement très raccourci. Celui-ci devrait être de 48h avec une acceptation tacite s’il n’y a pas de réponse dans les 4 jours.

Bruno Le Maire et Muriel Pénicaud ont également garanti la rétroactivité des prises en charge.
Enfin, à la demande des professionnels, il sera étudié très rapidement le relèvement du taux de prise en charge par l’état du coût horaire du « chômage partiel » qui est actuellement de 7,74 euros/ heure pour les entreprises TPE/PME pour s’aligner sur le taux horaire du SMIC soit 10,15 euros/ heure .

Les EDV et le SETO ont insisté, ainsi que toutes les organisations présentes, sur la nécessité du déploiement de ces mesures très rapidement et de façon homogène sur le territoire. Il a été demandé une réflexion très rapidement autour de la création d’un fond de solidarité qui permettra au moment de la reprise d’accompagner les entreprises qui auront besoin de trésorerie. Le ministre n’a pour le moment pas envisagé un tel dispositif.

Enfin, les professionnels du voyage souhaitent que la création du tout récent comité de filière puisse permettre une réelle coordination en cellule de crise des acteurs du tourisme et du voyage. La demande en est faite à Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État au Tourisme, dès ce mardi matin au cours du Bureau exceptionnel qu’il réunit au Ministère de l’Économie.

Bruno Le maire s’est engagé à réunir à nouveau les interlocuteurs présents la semaine prochaine.