Port du masque en entreprise : quelles exceptions ?

Depuis hier, mardi 1er septembre 2020, le port du masque devient obligatoire au sein des entreprises. Le gouvernement dévoile l’intégralité du nouveau protocole sanitaire à respecter. 

Ce nouveau protocole encourage davantage les entreprises qui le peuvent à recourir au télétravail afin de limiter les risques de contagion. «En fonction des indicateurs sanitaires, le télétravail pourrait être renforcé dans le cadre des mesures décidées par les autorités publiques locales», est-il précisé dans le nouveau protocole. L’objectif étant de limiter les flux dans les sociétés et les transports en commun. 

Si le port du masque devient aujourd’hui obligatoire, quelques exceptions ont été néanmoins définies Les dérogations dépendent de la circulation du virus dans le département concerné et donc de sa couleur (zones verte, orange ou rouge), selon la version provisoire du protocole. Ainsi, dans les zones rouges, il est possible de déroger au port permanent du masque dans les locaux « bénéficiant d’une ventilation mécanique et garantissant aux personnes un espace de 4 mètres carrés (par exemple, moins de 25 personnes pour un espace de 100 mètres carrés) ».

Dans les zones orange, le port permanent du masque n’est pas obligatoire dans les « locaux de grand volume et disposant d’une extraction d’air haute qualité ». Pour les zones vertes, si l’espace de travail du salarié bénéficie d’une aération ou d’une ventilation fonctionnelle et qu’il existe des écrans de protection entre les postes, le port du masque n’est pas obligatoire mais reste vivement recommandé. Dans tous les cas, le gouvernement préconise de mettre en place une politique de prévention et une procédure de gestion des personnes symptomatiques. D’une façon générale, le port du masque reste obligatoire dans les espaces clos et partagés.