3 questions à… Morgann Lesné (Cambon Partners) : « Une redéfinition de la fonction de l’hôtel dans l’espace urbain »

Quel sera, d’après vous, l’impact de la baisse du voyage d’affaires pour les hôtels dans les prochains mois ?

D’abord, je pense qu’il y aura une recovery peut-être lente, mais qui nous ramènera à des niveaux proches d’avant la crise. A une différence près – et ce n’est pas un détail : le Mice va être impacté beaucoup plus longtemps. Mécaniquement, les hôtels qui seront les plus touchés sont ceux qui en dépendent le plus. Je ne prévois pas nécessairement des fermetures mais une réorganisation des hôtels pour s’adapter à la forme que prendront les événements professionnels, vraisemblablement avec des jauges plus basses. Les vastes ballrooms des hôtels qui en sont équipés sont généralement modulables… En l’occurrence, ça tombe bien.

Morgann Lesné, associé chez Cambon Parteners
Morgann Lesné, associé chez Cambon Parteners

Est-ce que ça suffira pour un hôtel situé Porte de Versailles, par exemple ?

Non, bien sûr. Pour ce cas extrême d’hôtel Mice, comme pour d’autres moins impactés, il va falloir faire avec une manne business moins importante. Ca devra passer par une réduction des coûts d’exploitation, notamment par la digitalisation – aux checkin et checkout, par exemple. Mais aussi sur la partie « revenus », en tentant une diversification qui pourrait passer par une redéfinition de la fonction de l’hôtel dans l’espace urbain : un lieu hybride entre espace de travail et de détente de type lifestyle, voire la location de certaines chambres en bureaux.

Pensez-vous à un rebattage des cartes entre grands groupes et indépendants ?

Les indépendants, globalement plus provinciaux, moins liés à la clientèle internationale, et, en termes de clientèle business, accueillant surtout des collaborateurs de PME qui ont déjà grandement repris le voyage, sont et seront moins impactés que les grands groupes. D’un autre côté, les grands groupes bénéficient d’une assise financière qui leur permettent de traverser plus sereinement les périodes de crise. Donc les choses s’équilibrent et je ne crois pas à de grands bouleversements de cet ordre.