Des voyages d’affaires internationaux moins fréquents, mais plus longs

889

Dans son rapport Q1 2024, comprenant une analyse de plus de 15 millions de réservations d’hôtel, Hotel Hub révèle un environnement incertain pour les voyages d’affaires internationaux, alimenté notamment par des pressions inflationnistes persistantes. 

D’après l’étude Q1 2024, menée par Hotel Hub sur plus de 15 millions de réservations d’hôtel, les entreprises autorisent davantage de voyages nationaux que de voyages internationaux, ces derniers ayant diminué de 19 % d’une année sur l’autre. Les réservations nationales, quant à elles, augmentent en proportion de tous les voyages d’affaires et représentent maintenant 62% de l’ensemble des déplacements, contre 52% au premier trimestre 2023. 

Un climat économique incertain

La croissance des voyages d’affaires nationaux est prononcée en Asie (+46 %) et en Europe (+30 %). En Amérique du Nord, 81% des séjours sont désormais domestiques, reflétant une augmentation de 5% par rapport au T1 2023, rapporte Hotel Hub.

Alors que l’on observe une reprise progressive des voyages à l’étranger depuis la pandémie, cette baisse des voyages internationaux constatée ce trimestre marque une rupture brutale. Des résultats que Hotel Hub associe à un climat économique incertain, susceptible de pousser les entreprises à davantage de prudence lorsqu’il s’agit d’envoyer un collaborateur à l’étranger. 

+27% sur le prix d’une chambre d’hôtel à Paris

Au-delà de l’incertitude économique et géopolitique, le rapport identifie le haut niveau d’inflation comme un facteur de ralentissement des déplacements d’affaires internationaux. Ainsi, le prix moyen des chambres par nuit continue d’augmenter, de 8 % entre le premier trimestre 2023 et le premier trimestre 2024 à l’échelle mondiale, passant d’une moyenne de 164 $ à 177 $ par nuit, selon Hotel Hub. Et de préciser : en seulement deux ans, les tarifs moyens ont augmenté de 12 % à New York, de 22 % à Londres et de 27 % à Paris.

« Dans l’ensemble, les voyages d’affaires continuent de croître, mais ces données révèlent certaines tendances inquiétantes. Une réduction des voyages internationaux est souvent un indicateur de la confiance générale des entreprises et de l’augmentation de leurs dépenses. Le taux d’inflation est peut-être en baisse dans certains secteurs de l’économie, mais dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration, nous constatons toujours des augmentations de prix significatives qui posent problème à de nombreux services de voyages d’affaires », nuance Paul Raymond, directeur du développement commercial chez Hotel Hub, dans un communiqué.

Des voyages internationaux moins fréquents mais plus longs

La pression inflationniste semble également impacter le comportement du collaborateur avec une tendance à la réduction de la durée du déplacement, le coût moyen d’un voyage ayant augmenté de 7 %, passant de 414 $ au T1 2023 à 442 $ au T1 2024, toujours selon les données de Hotel Hub.

En Asie, la durée moyenne du séjour a ainsi diminué de 8%, et de 11% au Moyen-Orient et en Afrique. Mais si la fréquence des voyages d’affaires internationaux diminue, le rapport constate toutefois que la durée de ceux-ci tend à augmenter de l’ordre de 5,3%.