Louvre Hotel annonce deux ouvertures en Syrie

Malgré les sanctions internationales qui frappent le pays, le groupe français va ouvrir deux établissement de luxe à Damas.

- Publicité -

On a connu ouvertures d’hôtels moins polémiques. Alors que les armes se sont tout juste tues à Damas, qu’elles continuent de tonner dans plusieurs zones de Syrie, que Bachar al-Assad, le chef de l’Etat, est régulièrement accusé de violation grave des droits de l’Homme, Louvre Hotel ouvre deux établissements à dans la capitale d’un pays sous sanctions internationales. Un risque en termes légaux et d’image.

C’est certainement pourquoi l’opérateur français, fondé en 1976 par la famille Taittinger, est le premier hôtelier occidental à s’établir en Syrie depuis 2011, date du début de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad qui dégénéra en une guerre meurtrière faisant de 300 à 500.000 victimes. 

Le groupe français, fort de 1.500 adresses (des low-cost Première classe aux hôtels de luxe Royal Tulip) aujourd’hui filiale du géant chinois Jin Jiang International, doit reprendre deux hôtels emblématiques de la capitale syrienne : le Sérimaris et le Hyatt, qui seront exploitées sous les noms Royal Tulip Sérimaris, 5*, et Golden Tulip Mazzeh, 4*.