PME/TPE : l’hôtellerie-restauration en tête des augmentations de salaire

218

Le cercle de réflexion Perspectives, a regroupé les données salaires de plus de 350.000 employés de différents secteurs. L'hôtellerie-restauration et le transport sont en tête des augmentations.

Le baromètre a été réalisé sur la base des données collectées auprès de 19 des plus  grands cabinets d’expertise-comptable membres du Cercle Perspectives, lesquelles sont constituées de bulletins de paie des mois de décembre 2021 et janvier 2023 de 364.926 salariés, tous secteurs et régions confondus. Les entreprises enquêtées Sont des TPE et des PME.

Il en ressort que les augmentations de salaires 2022 ont été supérieures à l'inflation sur la même période (5,2%, selon l'INSEE), s'établissant à 5,49%. Ces chiffres globaux connaissent des disparités en fonction de la typologie d'employé, de la région considérée, et du secteur d'activité.

Secteurs en tensions

Sans surprise, ce sont les secteurs confrontés aux plus grandes difficultés de recrutement qui ont consenti à davantage d’efforts pour attirer ou conserver leurs collaborateurs. C’est le cas, en premier lieu, du secteur du transport (+7,17%) ou de l’hôtellerie-
restauration.

A propos du transport, notons que le profil de sociétés considérées (TPE et PME) exclut quasi de fait le transport de personnes. A propos du secteur HCR (hôtels-café-restaurant), il est le 4ème secteur du panel, après le commerce (21%), la construction et l'industrie (14%), avec 8% de l'échantillon des quelque 365.000 salariés, soit environ 29.000. Un chiffre significatif dont il ressort une augmentation de 6,35% que seul le secteur des transports dépasse et qui laisse loin derrière les autres domaines d'activités (5,70% pour le troisième).

Non-cadres et femmes

Concernant la typologie des salariés, les non-cadres ont vu leur salaire augmenter plus rapidement (+5,67%) que les cadres (+4,40%), notamment sous l’effet de la triple revalorisation du SMIC sur la période (+0,9% au 1er janvier 2022, +2,65% en mai et +2,01% en août 2022), qui a conduit aussi à revaloriser les salaires au voisinage du salaire minimum.
En outre, les femmes, qui sont structurellement moins bien rémunérées, à compétences égales, que les hommes, ont bénéficié d’un léger effet de rattrapage avec une augmentation de leur salaire de + 5,66% contre +5,35% pour les hommes.

Une convergence vers les standards franciliens

Au niveau régional, les salaires ont par ailleurs continué de converger vers les standards
franciliens, notamment dans les régions comprenant de grandes métropoles, où les TPE-PME sont les plus concentrées. Ce processus de convergence est une des conséquences de la crise du Covid, qui a conduit à renforcer l’attractivité de certaines grandes métropoles telles que Nantes, Lyon, Bordeaux, Marseille.

Les régions où l’augmentation des salaires avait été moins forte que la moyenne
nationale lors du 1er semestre 2022 (+3,10%), ont plus fortement augmenté leurs salaires
lors du second semestre (moyenne nationale de +2,39%).C’est le cas par exemple de la région PACA (+2,73% au S2 2022) ou de la région Grand Est (+3,43% contre moyenne nationale de +2,39%). A l’inverse, les régions qui avaient plus fortement augmenté les salaires au cours du S1 2022, comme la Normandie (+3,12%) ont moins revalorisé les salaires au S2 2022 (+1,21%).