Pakistan International Airlines révoque 150 pilotes pour fausses qualifications

Ce n’est pas vraiment rassurant : sur 434 pilotes la compagnie aérienne PIA vient d’en clouer 150 au sol. Ils sont soupçonnés de détenir des licences et des certificats de vol « douteux ».

Y a t-il un pilote dans l’avion ? Oui, mais son diplôme est faux ! Ceci explique très certainement pourquoi Pakistan International Airlines a été confrontée, ces dernières années, à plusieurs accidents aux bilans meurtriers.

La décision de révoquer 150 pilotes intervient alors que l’enquête sur le crash de la PIA le mois dernier, dans lequel 97 personnes ont été tuées, montre que les pilotes ne suivent pas les procédures, alors qu’un ministre du gouvernement a déclaré que l’enregistreur vocal du cockpit suggérait que les pilotes étaient distraits par une conversation sur le nouveau coronavirus.

« On nous a dit qu’une enquête menée par l’autorité de l’aviation civile a révélé qu’environ 150 de nos pilotes ont des licences douteuses« , a déclaré le porte-parole de la compagnie.

Tous les pilotes faisant l’objet d’une enquête seraient cloués au sol, a-t-il précisé. La PIA dispose d’une flotte de 31 avions qui effectuent des vols intérieurs et internationaux.

Le dernier accident de la compagnie aérienne est survenu à la fin du mois dernier, lorsqu’un Airbus A320 effectuant un vol intérieur est sorti de la piste de la ville de Karachi, dans le sud du pays, tuant tous les passagers sauf deux.

Le ministre de l’aviation a déclaré cette semaine au Parlement que les pilotes de l’avion et les agents de contrôle du trafic aérien n’avaient pas suivi les procédures et que les deux pilotes avaient été préoccupés par une discussion sur le coronavirus peu avant le crash.

L’enquête sur les qualifications des pilotes est intervenue après un crash en 2018, lorsqu’il a été découvert que la date d’examen sur la licence du pilote concerné avait été un jour férié – ce qui suggère qu’il s’agissait d’un faux, puisque l’examen n’aurait pas pu avoir lieu ce jour-là. Un autre pilote ne se trouvait pas dans le pays à la date supposée de son examen.