Ben Smith : « le Covid-19 pourrait accélérer les fusions dans le secteur du transport aérien »

La propagation du Covid-19 pourrait affecter les compagnies aériennes les plus faibles et accélérer les fusions dans le secteur du transport aérien, a déclaré mardi le directeur général d’Air France-KLM, Benjamin Smith, président de A4E, l’association des compagnies aériennes européennes.

S’exprimant lors de la conférence annuelle de l’association A4E, dont il assume la présidence tournante pour un an (A4E représente 16 transporteurs européens, dont Air France-KLM, easyJet, IAG, Lufthansa et Ryanair), Ben Smith a relevé qu’il y avait « un certain nombre de transporteurs faibles » dans le monde. « Je crois que cela va accélérer la consolidation« , a-t-il expliqué, ajoutant  « qu’il est clair que nous n’avons pas encore vu tous les effets de Covid-19 sur le secteur du transport aérien.« 

Soulignant que les compagnies aériennes font de leur mieux pour contenir la menace du Covid-19, M. Smith a souligné que toute mesure visant à limiter ou à supprimer temporairement les taxes serait un geste très apprécié par le secteur.

Depuis la fin janvier, des dizaines de compagnies aériennes ont cessé leurs vols vers la Chine, l’épicentre de l’épidémie de Covid-19, et depuis la semaine dernière, beaucoup ont également déclaré qu’elles réduisaient ou annulaient leurs vols vers l’Italie, en particulier les grandes villes du nord du pays, qui a connu la plus grande épidémie du virus en Europe.

De nombreux transporteurs européens ont déjà annoncé des mesures de réduction des coûts pour compenser l’impact financier de la réduction du trafic, telles que le gel des emplois, des salaires et des promotions, la réduction des dépenses administratives, l’envoi de personnel en congé sans solde ou en formation non obligatoire et les licenciements temporaires.

L’Association internationale du transport aérien (IATA) a calculé que les compagnies aériennes devraient dépenser près de 30 milliards de dollars cette année en raison de l’impact de l’épidémie de Covid-19 sur le transport aérien. Elle craint que cette année ne connaisse la « première réduction mondiale » des réservations depuis 2008-2009.

Le directeur général de l’IATA, Alexandre de Juniac, a averti fin février que certaines compagnies étaient en danger en raison de la baisse considérable des réservations depuis le début de l’épidémie.

Jusqu’à présent, l’épidémie mortelle de SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) de 2002-2003 a été l’épidémie ayant eu le plus fort impact sur le volume du trafic aérien, selon l’IATA.