Business Travel Index (GBTA) : vers des lendemains qui chantent pour le voyage d’affaires

D’après le dernier index annuel de la Global Business Travel Association, les voyages d’affaires devraient se rétablir dès 2024, un an plus tôt que prévu. Mais plusieurs conditions sont nécessaires à une reprise complète du secteur.

Le contexte économique reste incertain aujourd’hui, entre la cinquième vague, le retour de l’inflation, les pénuries de main-d’œuvre, des taux de vaccination encore insuffisants dans de nombreux pays, voire des questionnements propres au déplacement professionnel, dont notamment ceux liés à la notion de voyage essentiel et aux préoccupations environnementales désormais centrales.

Résultat, la reprise des voyages d’affaires en 2021 se fait à un rythme plus lent et plus prudent que prévu il y a un an. Les dépenses mondiales devraient toutefois augmenter en 2022 et 2023. Et le secteur devrait retrouver fin 2024 – une année plus tôt que prévu – le même niveau de dépenses qu’en 2019, soit 1 400 milliards de dollars, comme le souligne la 13ème édition du Business Travel Index, l’indice annuel de voyages d’affaires publié par la GBTA (Global Business Travel Association).

Parmi les 400 voyageurs d’affaires interrogés dans le monde (73 pays), 86 % déclarent avoir besoin de voyager pour atteindre leurs objectifs professionnels. Et une forte majorité (81 %) pense que le volume des voyages d’affaires nationaux sera supérieur ou égal en 2022 à ce qu’il était avant la pandémie. Plus de la moitié (54 %) espèrent voyager plus souvent à l’avenir. Mais 43 % ne verraient pas d’inconvénient à voyager moins à l’avenir.

Une quarantaine de directeurs financiers d’Amérique du Nord et latine, d’Asie-Pacifique et d’Europe ont été également interrogés. 70 % d’entre eux ont estimé que l’économie globale de leur pays serait meilleure ou bien meilleure l’an prochain qu’en 2021. Environ la moitié (52 %) ont déclaré s’attendre à ce que les dépenses de leur entreprise en matière de voyages d’affaires atteignent dès 2022 les niveaux de 2019.

Interrogés sur l’importance des voyages d’affaires pour leur entreprise, les directeurs financiers estiment que les principales raisons du retour des voyages d’affaires sont les ventes et le développement commercial (68%), la planification et la stratégie commerciales internes (50%), la gestion des comptes clients (48%) et la formation et le développement des collaborateurs (48%).

Les perspectives du BTI soulignent quatre conditions nécessaires à une reprise complète des voyages d’affaires mondiaux : 1) l’effort mondial de vaccination, 2) des politiques des Etats favorisant les déplacements, 3) le sentiment de sécurité des voyageurs d’affaires 4) la capacité des entreprises à relever le défi de jongler entre le « duty of care » et la volonté d’offrir une expérience satisfaisante au voyageur d’un côté, et le souçi de maitriser les coûts, de répondre aux nouvelles priorités en matière de durabilité et les nouvelles considérations sur le ROI des voyages d’affaires de l’autre.