Chine : alerte à la pneumopathie pulmonaire

Les autorités de Whuan, en Chine, ont annoncé le 31 décembre 2019 la découverte d’un foyer de pneumopathie (affection pulmonaire) d’origine inconnue apparue parmi les commerçants d’un marché de produits frais et des volailles vivantes.

- Publicité -

Selon le Quai d’Orsay, une soixantaine de cas sont actuellement répertoriés, dont des formes graves. A ce stade, aucun décès n’est à déplorer. Selon les autorités locales, toutes les personnes soignées sont sous quarantaine. Plus d’une centaine de personnes ayant côtoyé des malades sont sous surveillance médicale.

Aucun cas de contamination de personne à personne n’a été répertorié. Si l’origine du virus est encore à l’étude, le SRAS, le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), et la grippe aviaire sont exclus par les autorités locales.

Il est recommandé :

• d’éviter tout contact avec des animaux à plumes, vivant ou morts ;

• d’éviter tout contact rapproché avec des personnes souffrant d’infection respiratoire aigüe ;

• de se laver régulièrement les mains avec de l’eau savonneuse ou avec des solutions de lavage hydro-alcooliques.

En cas de symptômes d’infection respiratoire (fièvre, toux, difficultés respiratoires), il est recommandé de consulter un médecin rapidement en prenant les précautions d’usage pour ne pas contaminer l’entourage (rester à distance, protéger la bouche lors de la toux, usage de mouchoirs jetables et bien se laver les mains).

En parallèle, deux cas de peste pulmonaire ont été confirmés par les autorités sanitaires chinoises en provenance de la Mongolie intérieure. Les malades ont été pris en charge dans un hôpital à Pékin. A l’heure actuelle, il n’est pas question d’épidémie. Les autorités chinoises ont mis en place des mesures préventives pour empêcher la contagion, y compris la mise en quarantaine de tout suspect potentiel ou de l’éventuel traitement prophylactique.