Covid-19 : les dépenses en voyages d’affaires pourraient chuter de près de 40% cette année

L’épidémie liée au virus apparu en Chine représente une sérieuse menace pour l’ensemble du secteur des voyages d’affaires dans le monde, selon la Global Business Travel Association (GBTA). Le Covid-19 pourrait coûter 47 milliards de dollars par mois au secteur des voyages d’affaires, soit jusqu’à 37 % des dépenses prévues pour cette année.

- Publicité -

L’association professionnelle américaine GBTA lance un avertissement pour le moins inquiétant, au-delà de l’impact sanitaire, « le virus a le potentiel de menacer l’ensemble de l’industrie mondiale du voyage d’affaires ».

Un sondage réalisé dans le courant de la semaine dernière auprès de plus de 400 entreprises membres de la GBTA a suggéré que le Covid-19 avait un « impact significatif » sur les réunions et les événements d’affaires. Deux tiers (65 %) des personnes interrogées ont déclaré avoir annulé des réunions et près d’une sur cinq (18 %) en a annulé « beaucoup« . Les deux tiers (66 %) avaient également reporté des réunions ou des événements.

Parmi les entreprises qui avaient annulé ou suspendu des voyages d’affaires, 54 % ne savaient pas quand les voyages pourront reprendre. Environ un tiers (31 %) pense que les voyages reprendront dans les trois mois, mais 14 % s’attendent à des retards pouvant aller jusqu’à six mois.

Une majorité de fournisseurs ont déclaré que le virus avait eu des répercussions sur leurs revenus, les compagnies aériennes et les prestataires de services d’accueil étant parmi les plus touchés – 24 % ont déclaré un impact « important » et 31 % un impact « modéré« . Seuls 14 % des répondants ont indiqué qu’il n’y avait pas eu d’impact sur les revenus.

Les résultats ont mis en évidence l’impact sur les voyages en Asie, 95 % des personnes interrogées ayant déclaré que leur entreprise avait annulé ou suspendu « la plupart » ou « tous » les voyages d’affaires en Chine. Une majorité (73 %) a pris des mesures similaires pour les voyages à Hong Kong et 54 %) à Taïwan, 45 % ayant annulé ou suspendu des voyages dans d’autres pays d’Asie et du Pacifique.

Près d’une personne sur quatre (23 %) a déclaré avoir annulé ou suspendu certains voyages dans des pays européens, bien que seulement 8 % aient annulé ou suspendu « la plupart » ou « tous » les voyages européens.

Pour Scott Solombrino, directeur général de la GBTA, « le coronavirus a un effet important et potentiellement très coûteux sur nos membres, leurs entreprises et l’ensemble du secteur des voyages d’affaires. Si cela se transforme en une pandémie mondiale, l’industrie pourrait bien perdre des milliards de dollars – un impact qui aura des ramifications négatives sur l’ensemble de l’économie mondiale« .

Cependant, a-t-il ajouté, « la première priorité de notre secteur est la santé et la sécurité du voyageur d’affaires, et nos membres font preuve de la prudence et de l’esprit d’initiative qui s’imposent dans leur approche« .