Déconfinement : la fin des 10 km annoncée, les contrôles aux frontières renforcés

Le Premier ministre Jean Castex s’est exprimé hier en fin de journée pour dévoiler le calendrier d’un déconfinement progressif. 

Comme l’avait promis l’exécutif, les crèches et écoles accueilleront à nouveau tous les élèves à partir du 26 avril et le 3 mai pour les collèges/lycées en demi-jauge. Du côté des déplacements en journée, la levée des 10 km se fera également le 3 mai prochain et marquera la fin des contraintes des attestations en journée, actuellement nécessaires pour tout déplacement interrégional. En revanche, le couvre-feu est maintenu « jusqu’à nouvel ordre », a précisé le Premier ministre. «Nous verrons à la mi-mai où en sera la situation épidémique», en prévenant déjà qu’il n’y avait pas « d’automacité à sa levée ». 

> A lire aussi : Vers une levée de la restriction des 10 kilomètres le 3 mai

L’exécutif a maintenu son souhait d’accélérer à nouveau la campagne vaccinal  en rendant éligibles de nouveaux publics à la vaccination et en se voulant rassurant sur l’efficacité et les effets secondaires du vaccin AstraZeneca. 

> A lire aussi : Nouveaux variants : faut-il imposer une quarantaine plus stricte ?

Pour les voyageurs internationaux, le gouvernement souhaite « tout faire » pour éviter l’émergence des variants « brésilien » et « indien » en France. Comme annoncé il y a quelques jours, Jean Castex a déclaré qu »à partir de samedi, un système de contrôle renforcé sera mis en place pour les personnes venant du Brésil, d’Argentine, du Chili, d’Afrique du Sud et d’Inde». Il a assuré que chaque personne en provenance de ces pays fera l’objet d’un test à son arrivée et d’une quarantaine stricte de 10 jours, soumise aux contrôles des forces de l’ordre. Ces restrictions concerneront aussi les voyageurs en provenance de Guyane, a indiqué Gérald Darmanin. Ces mesures s’ajoutent au test PCR négatif obligatoire de moins de 36h demandé avant de monter à bord d’un vol en direction de la France. 

> A lire aussi : Nouveaux variants : les restrictions se durcissent à la frontière