Des employés d’Amadeus France s’inquiètent de l’avenir de l’entreprise

La société connaît visiblement quelques difficultés en interne suite à l’annonce du départ précipité de Georges Rudas et une stratégie adoptée qui laisse les collaborateurs quelque peu dubitatifs. 

- Publicité -

Contactés par le comité économique et social (CES) d’Amadeus France, les deux portes-paroles nous ont confiés leurs inquiétudes quant au climat qui règne au sein d’Amadeus France. « Nous avons appris en même temps que la Presse le départ de Georges Rudas pour fin octobre 2019 alors que l’année précédente nous avions eu confirmation d’un départ, certes, mais en 2020 », déclare un représentant du CES. « Depuis, aucune information supplémentaire ne nous a été transmise. De même que le nom de Stéphane Durand nous a été dévoilé en même temps que la Presse. Il n’y a eu aucune communication en interne pour nous donner plus d’explication quant à cette prise de décision », ajoute-t-il. 

Un manque de communication qui vient s’ajouter à des délocalisations de postes. « Aujourd’hui, on demande à des personnes avec plus de 18 ans d’ancienneté de quitter le siège d’Issy-les-Moulineaux et d’aller s’installer à Madrid ou à Londres avec des contrats locaux. Ceux qui refusent sont gentiment poussés vers la sortie… », confie un autre représentant. « Si la société était en difficulté financière, on pourrait le concevoir mais là… Encore cette année nous avons réalisé plus +10% de bénéfices -officiellement- par rapport à l’année précédente ». 

Ce sentiment d’inquiétude s’accompagne d’un questionnement sur la stratégie globale du groupe : « Nous sommes inquiets concernant l’avenir d’Amadeus France. Cela est-il une stratégie pour, à l’avenir, supprimer le siège parisien et délocaliser toutes les activités à l’étranger ? », s’interroge les membres du CES. Amadeus France, contacté, n’a pas encore souhaité s’exprimer sur le sujet.