Entrée au Royaume-Uni : des conditions toujours plus restrictives !

Le gouvernement britannique devrait annoncer cette semaine que les derniers voyageurs autorisés à se rendre outre-Manche, en provenance des pays de sa « liste rouge », devront se plier à une quarantaine et à trois tests PCR… Le passeport sanitaire, lui, n’est pas d’actualité au Royaume-Uni.

Londres, confrontée à la menace des variants sud-africain et brésilien, ferme encore un peu plus ses frontières. Les résidents britanniques et les ressortissants irlandais (les autres ne sont tout simplement pas admis au Royaume-Uni) en provenance des 33 pays de sa « liste rouge » seront mis en quarantaine dans les hôtels du gouvernement à partir du 15 février. Outre le test PCR réalisé 72h avant le départ, ils devront également procéder, une fois à destination, à des tests les deuxième et huitième jours de leur quarantaine, selon le site de voyage spécialisé Travelmole. Cette «liste rouge» couvre une grande partie de l’Amérique du Sud et de l’Afrique australe, ou encore les Émirats arabes unis ainsi que le Portugal en Europe.

Les hôtels devant recevoir les passagers en quarantaine se trouvent à proximité des aéroports, notamment Heathrow, Gatwick, London City, Birmingham, Bristol, Manchester, Edimbourg, Glasgow et Aberdeen. Parmi les chaines hôtelières ayant accepté de prendre en charge les voyageurs en quarantaine, citons Best Western, Accor, Oyo et Taj. Selon le quotidien anglais The Telegraph, jusqu’à 28 000 chambres seraient dédiées aux 1 000 à 1 500 passagers par jour qui devaient s’y isoler dans les prochains jours. Sur le fait qu’aucune quarantaine n’est imposée aux personnes arrivant de pays jugés peu à risque, le ministre des affaires étrangères James Cleverly a souligné son côté pragmatique et déclaré que la logistique serait dans ce cas « difficile à mettre en place » .

La quarantaine se veut la plus rigoureuse possible. Ainsi, toute personne souhaitant fumer à l’extérieur ou prendre l’air sera escortée par le personnel de sécurité. Des conseillers du gouvernement auraient dans le même temps suggéré le suivi des passagers par GPS, dans le cas d’une quarantaine dans un autre lieu qu’un hôtel, afin d’en assurer le respect. La décision en la matière n’a pas encore été tranchée.

Nadhim Zahawi, sous-secrétaire d’État à l’Industrie, également le monsieur Vaccin du gouvernement Johnson, a par ailleurs rappelé, ce lundi, que Downing Street n’avait pas l’intention d’introduire des passeports sanitaires, estimant qu’ils seraient « discriminatoires ». Dans le cadre d’un précédent interview, il avait précisé que les personnes qui souhaitaient voyager dans des pays exigeant d’être vacciné pourraient obtenir un document confirmant leur vaccination auprès de leurs médecins généralistes.