France, Europe, Etats-Unis, Japon… le variant Omicron crispe le monde

La France impose de nouvelles conditions pour l’entrée sur son territoire. Au niveau européen seront également mises en place des mesures très renforcées à l’égard des pays d’Afrique australe. Le Japon demande pour sa part aux compagnies aériennes de suspendre les réservations vers l’archipel. Et les Etats-Unis vont annoncer dans les prochaines heures un durcissement des conditions d’entrée sur son territoire.

L’OMS a regretté ce dimanche que plusieurs territoires, dont l’Union européenne, ferment leurs frontières aux voyageurs venus d’Afrique australe. Et l’organisation mondiale de la Santé de craindre que les États ainsi « sanctionnés » n’évitent à l’avenir de communiquer avec autant de diligence et de transparence. Dans le même temps, les autorités sanitaires de l’OMS ont classé le variant Omicron comme « préoccupant ». Il faudra probablement encore deux semaines avant que l’on soit totalement fixé sur sa dangerosité, que l’on sache s’il est plus contagieux et résistant aux vaccins.

Les États, dans un premier temps, semblaient ne pas douter de l’efficacité de la fermeture des frontières face au variant, pour retarder son arrivée à défaut de l’empêcher. Ainsi, Clément Beaune, secrétaire d’État chargé des Affaires européennes, ce mercredi matin sur RTL, indiquait que la suspension des vols en provenance de sept pays d’Afrique australe (Afrique du Sud, Botswana, Eswatini, Lesotho, Mozambique, Namibie et Zimbabwe), décrétée vendredi dernier, était prolongée jusqu’à samedi. Dans l’après-midi, Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, annonçait que les vols, au delà de cette date, pouvaient reprendre avec ces pays « rouges écarlates » – soit les sept d’Afrique australe ainsi que l’île Maurice, la Zambie et le Malawi – mais avec un encadrement drastique, réservant les déplacements aux Français, ressortissants de l’UE, diplomates et navigants, tous devant subir des tests à l’arrivée suivies d’une période d’isolement. Ce même protocole devrait s’appliquer aussi pour les passagers en provenance de l’île de la Réunion.

De plus, pour se rendre en France, les voyageurs non vaccinés en provenance de l’UE devront désormais présenter un test négatif de moins de 24 heures, et ceux venant d’un pays hors UE, qu’ils soient vaccinés ou non, d’un test négatif de moins de 48 h.

Au niveau européen seront également appliquées des mesures très renforcées à l’égard des pays d’Afrique australe dès samedi prochain. L’Europe n’est bien pas la seule à se mobiliser face à la menace du variant Omicron. Le Japon a ainsi demandé aux compagnies aériennes de suspendre toutes les nouvelles réservations à destination de son territoire, et ce à compter du 1er décembre et pour une durée d’un mois. Le Canada a pour sa part étendu à dix le nombre de pays africains en provenance desquels les voyageurs ne peuvent plus se rendre sur son territoire, dont le Nigeria, l’Égypte et le Malawi.  

Les États-Unis ont de leur côté annoncé qu’ils allaient durcir les conditions d’entrée sur leur territoire, sans toutefois indiquer la date de mise en œuvre des nouvelles mesures. Les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ont précisé que tous les voyageurs entrant sur le territoire US par voie aérienne – obligatoirement vaccinés – devraient prochainement présenter un test négatif de dépistage du Covid-19 réalisé dans les 24 heures précédant leur départ. Et un autre test devait être réalisé dans les trois à cinq jours suivant leur arrivée aux États-Unis. Des détails concernant ces nouvelles règles pourraient être communiqués dès ce jeudi.