Covid-19 : La France classée en rouge vif par l’Allemagne

1236

C’est désormais la France entière, y compris l’Outre-mer, qui est considérée par l’Allemagne comme « zone à haut risque », un seuil supérieur conçu pour tenir compte de l’incidence des nouveaux variants du virus. Jusqu’alors, seul le département limitrophe de la Moselle entrait dans cette catégorie, alors que le reste du territoire hexagonal était classé « zone à risque ».

Par-delà l’ajout d’un adverbe, ce changement de catégorie, entré en application ce vendredi 26 mars, implique un durcissement drastique des conditions d’entrée en Allemagne des personnes en provenance de France : obligation de présenter un résultat de test négatif de moins de quarante-huit heures à l’arrivée en Allemagne, éventuelle mise en quarantaine en Allemagne pendant dix jours, voire à imposition de contrôles stricts aux frontières.

De tels contrôles ont été mis en place par l’Allemagne tout dernièrement avec la Pologne et, avant cela, avec la République tchèque et le Tyrol autrichien. « Lorsqu’on observe les taux d’incidence, c’est tout simplement de fait une nécessité (…), un processus pratiquement automatique », a déclaré la chancelière allemande, lors d’une conférence de presse à Berlin jeudi soir, dans le cadre d’un sommet de l’Union européenne. 

Pour la Moselle, département frontalier des régions allemandes de Sarre et Rhénanie-Palatinat, les deux pays se sont mis d’accord pour un système plus souple de contrôles aléatoires et de tests antigéniques pour les travailleurs transfrontaliers. Des discussions sont en cours pour « essayer d’adapter le mieux possible (ces mesures) et faire en sorte que ces salariés soient le moins pénalisés possible (…) Mais il y aura obligation de tests sanitaires ».

Cette perspective, concernant quelque 40.000 travailleurs français, a incité des députés français et allemands à demander la convocation « le plus rapidement possible (d’) une réunion extraordinaire du Comité franco-allemand de coopération transfrontalière »..