GBTA et une soixantaine d’asso du tourisme se mobilisent pour la reprise des voyages européens

GBTA et une soixantaine d'asso du tourisme se mobilisent pour la reprise des voyages européens

Une soixantaine d'organisations européennes du secteur du tourisme viennent de cosigner le European Tourisme Manifesto pour appuyer un redémarrage qui se veut ordonné et raisonnable des déplacements intra-européens.

Parmi la soixantaine d'organisations signataires du manifeste, seules trois structures occupent le terrain du déplacement professionnel. L'une, dédiée au MICE : l'EEIA (European exhibition industry alliance); l'autre, au voyage d'affaires : GBTA (Global business travel association). Une faible représentation qui peut s'expliquer par le but avoué du manifeste : proposer un plan de relance du tourisme pour l'été prochain, par exactement la période cible pour le business travel.

> La liste des organisations signataires

Il n'empêche, cette initiative d'acteurs aussi bien publics que privés, comptant notamment l'ETC (European Tourisme Commission) ou encore Amadeus, a le mérite de fixer un certain nombre de repères pour un plan de relance du tourisme à l'échelle continentale, adaptable au voyage d'affaires.

> Lire le manifeste

Le manifeste fixe une feuille de route dont les principaux éléments sont :

  • Des tests abordables, en nombre suffisant et reconnus par tous les Etats membres de l'UE,
  • la reconnaissance unanime de tests rapides - dont la liste reste à déterminer,
  • une coordination des Etats pour établir un certificat unique concernant les tests, la vaccination et l'immunité,
  • la mise en place d'un système numérique unique permettant une vérification rapide de ce certificat.

> Lire l'article détaillé de nos confrères de l'Echo touristique

Concernant la méthode, le manifeste se propose de participer à une "task force" qui serait dirigée par la Commission européenne : un groupe de travail en lien avec les autorités communautaires qui étudierait les possibilités d'assouplissement des restrictions au voyage en fonction de l'évolution sanitaire.

Si l'objectif avoué du manifeste, et de la "task force" qu'elle promeut, est bien que l'Europe redevienne la première destination touristique au monde, son travail pourrait impacter aussi le business travel, intra-communautaire, dans un premier temps.