La SNCF s’implantera fortement en Italie en 2026

599
La SNCF s'implantera fortement en Italie en 2026
C'est en TGV M que la SNCF opèrera sur le sol italien.

L'annonce d'une implantation forte en Italie en 2026 confirme que l'axe de développement majeur que s'est fixée la SNCF est à l'échelle européenne.

Le grand bonneteau auquel se livrent les grands opérateurs du ferroviaire européen se poursuit. Alors que Trenitalia et la Renfe ont prévu de renforcer leur présence en France dès cette année, l’opérateur français vient d’annoncer une solide implantation en Italie.

> Lire aussi : Le ferroviaire français est-il accessible aux nouveaux acteurs ?

> Lire aussi : Trenitalia : "Notre objectif n'est pas de "piquer" des voyageurs à la SNCF"

La SNCF, qui opère dans 9 pays européens hors France, et dont les clients dits "internationaux" représentent un tiers de ses voyageurs, est déjà présente sur le marché italien. Depuis 1995 avec l’offre Artesia, puis, depuis 2011, avec des rotations quotidiennes entre Paris, Turin et Milan en TGV INOUI.

C’est donc en complément de cette offre transfrontalière que la compagnie nationale, via sa filiale italienne SNCF Voyages Italia (SVI), entend relier quelques-unes des grandes villes de la Botte, à partir de 2026.

Sur le marché italien, l'objectif affiché est d’atteindre une part de marché de 15% en 2030. Plus largement, l’opération s’inscrit dans une logique de développement continental dont l’ambition est de multiplier par deux le nombre de voyageurs en Europe dans les dix prochaines années. 

Turin, Milan, Rome Naples...

 

SNCF Voyageurs proposera donc cette nouvelle offre en 2026 et opèrera 13 allers-retours quotidiens, à terme, sur le marché domestique italien, répartis sur deux axes :

  • 9 A/R entre Turin/Milan/Rome et Naples
  • 4 A/R entre Turin et Venise

Turin, Milan, Brescia, Vérone, Padoue, Venise, Bologne, Florence, Rome et Naples seront desservies sur ces routes. La SNCF précise par ailleurs qu’elle “reste ouverte à la possibilité de desservir d’autres destinations, dont le sud de l’Italie, dès que les infrastructures le permettront.