La quarantaine, une aubaine pour les hôtels de Hong-Kong

Un reportage de Reuters, enrichi par des journalistes du New York Times, relatent l’envolée des réservations d’hôtels à Hong-Kong comme lieu de quarantaine, volontaire ou non, des citoyens ou résidents qui reviennent sur la péninsule. Nous le reproduisons ici.

Alors que des milliers de citoyens et d’expatriés de Hong Kong reviennent dans la ville, beaucoup cherchent refuge dans des hôtels, craignant que des appartements exigus dans l’un des marchés immobiliers les plus chers du monde ne mettent en danger les familles ou les colocataires.

La distanciation sociale est difficile à Hong Kong, où la majeure partie des 7,4 millions d’habitants de la ville vit dans des appartements qui ne dépassent pas en moyenne 46 m². Cette inquiétude a provoqué une flambée des taux d’occupation des hôtels de Hong Kong prêts à accueillir des clients en auto-quarantaine.

Un expatrié qui vit à Hong Kong depuis plus de 12 ans a choisi de se mettre en quarantaine dans un hôtel à son retour la semaine dernière, craignant que le retour dans son appartement de deux pièces ne mette sa femme et ses deux filles en danger. « Au cas où je l’aurais, je ne voulais pas que les filles tombent malades », a-t-il déclaré, refusant d’être identifié en raison de la sensibilité de la question.

Avant même que le gouvernement ne mette en place une quarantaine obligatoire de 14 jours pour tous les arrivants le 19 mars, de nombreux rapatriés s’étaient volontairement isolés dans des chambres d’hôtel.

Le nombre de retours a été gonflé par un afflux d’étudiants venant de l’étranger où le virus se propage rapidement, alors que le taux d’infection de Hong Kong reste relativement faible, ont déclaré les responsables. Plus de 77 000 citoyens de Hong Kong sont revenus depuis l’imposition de la quarantaine obligatoire, selon les chiffres du gouvernement.

Un hôtel quatre étoiles de l’île de Hong Kong, dont 15 % des chambres étaient occupées au début de l’épidémie en janvier, a déclaré que 60 % de ses chambres étaient désormais pleines.

« Quatre-vingt-dix pour cent de nos clients sont ici pour des raisons de quarantaine », a déclaré une responsable des ventes de l’hôtel, qui a refusé d’être nommée n’étant pas autorisée à parler aux médias.

Le reste des chambres de l’hôtel a été laissé inoccupé intentionnellement à des fins de distanciation sociale, a-t-elle déclaré, ajoutant que dans les hôtels qui ne mettent pas en œuvre de telles mesures, le taux d’occupation peut atteindre 90%.

Les forfaits pour un séjour de 14 jours dans une chambre standard de l’hôtel Dorsett dans ses établissements situés dans les districts densément peuplés de Mong Kok et Wan Chai, coûtant respectivement 5 600 HK$ (658 €) et 6 888 HK$ (810 €), sont complets jusqu’au début du mois d’avril.

L’hôtel Dorsett a déclaré à Reuters qu’il avait attribué un certain nombre de chambres standard pour l’auto-quarantaine des étudiants. Il espère ainsi « réduire davantage le risque d’épidémie dans la communauté », a-t-il ajouté. L’hôtel a indiqué qu’il disposait de deux purificateurs d’air à chaque étage et d’une zone d’enregistrement séparée ainsi que d’ascenseurs pour les clients en quarantaine.

Le législateur Yiu Si-wing, qui représente l’industrie du tourisme, a déclaré à la presse la semaine dernière qu’au moins 14 hôtels offrent ensemble 1 000 chambres pour l’arrangement de quarantaine.

Cependant, certains voyageurs se sont plaints sur les médias sociaux d’être bloqués à l’aéroport international de Hong Kong parce qu’ils ne pouvaient pas trouver de chambre d’hôtel. « Cela signifie-t-il que je dois dormir à l’aéroport pendant 14 jours ? », s’interroge l’un d’eux.