Le Passeport Vert israélien préfigure-t-il le voyage de demain ?

L’idée du passeport vaccinal pour voyager progresse en Europe. Dans l’État hébreu qui compte la plus forte proportion de population vaccinée contre le Covid-19 au monde, un certificat sanitaire est activé dès ce 23 février.

Afin de soutenir la relance des voyages internationaux, au plus bas dans le contexte de crise sanitaire, l’idée du passeport vaccinal fait son chemin. La Suède et le Danemark ont déjà annoncé qu’elles allaient le mettre en place dans les prochains mois. L’Islande s’est montré encore plus précise en indiquant que les voyageurs européens présentant un certificat de vaccination (papier ou électronique) pourront voyager sans restrictions sur son territoire à partir du 1er mai.

Un certificat numérique permettrait aux personnes ayant reçu le vaccin de voyager « sans devoir présenter un test Covid négatif ou subir des restrictions de quarantaine », a pour sa part déclaré le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis, dans une interview à l’agence Bloomberg ce lundi. L’Espagne et l’Italie, également très dépendantes du tourisme, semblent proches de cette position. Et l’Estonie s’est rapproché de l’OMS pour tester une « carte jaune intelligente ».

A Bruxelles ont débuté des études techniques pour harmoniser un tel « passeport » entre les différents États membres. Mais l‘idée rencontre encore quelques résistances. Dans un rapport publié ce lundi, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) estime qu' »il n’y a pas suffisamment de preuves de l’efficacité de la vaccination pour réduire la transmission pour exempter de quarantaine et/ou de tests les voyageurs ». Outre les interrogations sur la contagiosité même une fois vacciné, de nombreux pays se demandent si le débat n’est pas prématuré au regard du nombre encore faible de personnes vaccinées. A ce titre, les regards se tournent vers Israël où 44 % des 9 millions d’habitants ont reçu au moins une dose de vaccin, soit la plus forte proportion de population vaccinée contre le Covid-19 au monde.

L’État hébreu a en effet décidé de réserver l’entrée aux hôtels, centres commerciaux et autres lieux culturels aux détenteurs d’un « passeport vert ». Ce certificat digitalisé ou papier devrait être activé ce 23 février et répondre à un début de déconfinement. La version numérique, dotée d’un QR Code, permettra en outre de voyager sans restriction. Des accords ont déjà été conclus en ce sens avec la Grèce et Chypre, se traduisant par la mise en place des « corridors sanitaires ».

Le ministre israélien de la Santé, Yuli Edelstein, ne cache pas qu’un des objectifs du passeport vert est clairement d’inciter les récalcitrants à se faire vacciner, et notamment les plus jeunes. Il serait même question que le gouvernement légifère afin que les entreprises l’imposent à leurs salariés. Le gouvernement est toutefois interpellé régulièrement sur des questions liées à l’exploitation de données privées.

En France, si le « passeport sanitaire » pour entrer dans un restaurant ou un lieu culturel rencontre déjà une forte résistance, pour des questions surtout éthiques, sa présentation dans le cadre d’un voyage progresse. Il est vrai que la vaccination obligatoire contre la fièvre jaune pour entrer dans certains pays ne pose aucun problème. Pourquoi pas dans ce cas pour le vaccin Covid, cet été, quand auront été vaccinés la grande majorité des gens qui le souhaitent  ? A ce moment-là, la France en aura-t-elle d’ailleurs le choix ? Il sera en effet difficile de faire cavalier seul si la plupart des pays voisins l’adoptent et l’imposent pour entrer sur leurs territoires.