Télétravail : les entreprises françaises sous pression

Alors que le gouvernement a annoncé jeudi dernier les nouvelles restrictions mises en place pour 16 départements et se refuse à utiliser le mot « confinement », l’exécutif souhaite mettre les entreprises sous pression pour les pousser au télétravail. 

A minima 4 jours sur 5 en télétravail, voici ce que préconise le gouvernement pour les entreprises n’ayant pas encore adopté le travail à la maison. Un appel lancé par le premier ministre afin de lutter efficacement contre le COVID-19, notamment dans les zones urbaines. Selon les Echos, l’exécutif envisage désormais de faire appel aux préfets pour « mettre en place un plan d’action visant à renforcer l’effectivité du recours au télétravail et permettre la pleine application des règles fixées en la matière ».

> A lire aussi : Des cabines de télétravail dans le métro de Tokyo

En effet, au mois de mars 2021, dans le secteur privé 12% des salariés déclaraient avoir recours au télétravail, contre 58% en présentiel 5j/5, 20% mixant les deux formules. Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a de son côté déclaré au micro de BFM Politique que les entreprises pouvaient désormais s’exposer à des sanctions ou des mises en demeure. Les contrôles vont ainsi être augmenté, mais le gouvernement se veut rassurant quant à l’accompagnement gratuit que peuvent demander certaines TPE et PME pour aménager le travail de leurs salariés.