Voyages : les compagnies décident, le gouvernement surveille

Clément Beaune, secrétaire d’État chargé des Affaires européennes, a reprécisé certains points concernant le voyage d’affaires, ce lundi matin sur France Inter. Notamment sur les trôles des compagnies dans l’autorisation de voyager.

« Un voyage d’affaires prévu à Londres cette semaine, on l’annule (mais) il peut y avoir quelque souplesse : un impératif professionnel, votre job est lié à ça, on va pas vous empêcher de le faire. Il y a un examen quasiment au cas par cas par les compagnies aériennes« , a-t-il déclaré, ajoutant : « Il y a une liste très précise sur le site ministère de l’Intérieur de la plupart des motifs (valables pour qu’un voyage soit autorisé) Si le motif n’est pas reconnu comme impérieux vous ne pouvez pas embarquer« .

« C’est au compagnies aériennes de décider si on peut embarquer ou non« . Quant à celles qui seraient trop laxistes : « La semaine dernière on s’est aperçu que certaines compagnies internationales acceptaient de faux tests PCR, pour être clair, voire ne faisaient pas du tout de contrôle. C’est le cas d’Ethiopian Airlines, que nous avons suspendu et il y en aura sans doute d’autres cette semaines. Plusieurs compagnies ont été convoquées par le ministère des Transports« .

Quant à l’interdiction de voyager à l’étranger, le secrétaire d’Etat l’a déclarée effective « jusqu’à nouvel ordre« , tout en ajoutant « mais ce n’est pas pareil en Europe ou à l’extérieur, pas pareil pour les frontaliers« .