Allemagne : le voyage d’affaires reprend mais ne retrouve pas ses chiffres de 2019

200

Le Germany Travel Mart (GTM) s’est tenu cette semaine dans la ville d’Essen, au coeur du bassin de la Ruhr (Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie). La 49e édition du grand rendez-vous annuel du tourisme réceptif allemand a rassemblé quelque 550 professionnels du tourisme, dont environ 250 “acheteurs” et une centaine de journalistes, en provenance de 39 pays du monde entier. L’occasion pour les “hosted buyers” d’échanger dans le cadre de la Philarmonie Essen, lors des deux jours de workshop – et des rencontres en one-to-one – avec quelque deux cent représentants d’offices de tourisme et prestataires venus des quatre coins d’Allemagne.  Parmi les acheteurs et journalistes, une délégation française emmenée par Bénédicte Richer, la directrice France de l’ONAT, l’office national allemand du tourisme.

Le GTM a également offert l’opportunité de “networker” lors de deux belles soirées, l’une dans le Grand Hall Zolverein, au coeur de l’ancien complexe minier devenu un centre culturel et de loisir majeur, site classé au Patrimoine par l’Unesco ; l’autre dans un nouveau hangar tout en bois accueillant un dirigeable, construit sur l’aéroport d’Essen-Mulheim.

Les autorités allemandes, comme chaque année, ont profité de l’événement pour dresser le bilan touristique de l’année précédente. “Le nombre d’entrées de visiteurs étrangers en Allemagne a plus que doublé par rapport à 2021 (68 millions de nuitées de visiteurs étrangers en 2022, soit + 120% sur 2021, ndr), s’est félicitée Petra Hedorfer, la présidente du directoire du German National Tourist Board (GNTB/ONAT), au cours du point presse dans l’amphithéâtre du Museum Folkwang, le très contemporain musée des Beaux-Arts d’Essen. Notre voisin d’outre-Rhin n’a toutefois retrouvé que 80% de l’activité de 2019, laquelle marquait alors une dizième année consécutive de record. La France, elle, est le 7ème marché pour l’Allemagne, avec l’an dernier 3,1 millions de nuitées (+ 110%).

l’entrée du site de Zolverein

L’Allemagne a par ailleurs consolidé sa position de destination leader des Européens sur le business travel, lequel compte pour 21% de l’ensemble des voyages interationaux en Allemagne. “Le voyage d’affaires reprend toutefois moins vite que le segment loisir et les voyages privés. Et de nombreux événements sont devenus digitaux. Nous n’avons pas retrouvé les chiffres de 2019. Mais les congrès sont clairement en reprise”, a souligné Petra Hedorfer.

Plus d’un voyageur d’affaires européen sur deux (54%) se rend en Allemagne pour une foire et expo, un congrès ou une conférence, 40% dans le cadre d’un déplacement individuel, et 6% pour un voyage incentive. La répartition est assez proche pour les visiteurs extra-européens (33% pour les voyages individuels et 6% pour l’incentive).

Pour les Français, la Rhur est une destination d’affaires d’autant plus attractive que le Thalys relie Paris à Essen (via Düsseldorf). Et les visiteurs ne peuvent qu’être bluffés par la valorisation du passé industriel de la région. On citera parmi les lieux emblématiques d’Essen et sa région, outre l’ancien complexe de Zolverein (flanqué d’un bel hôtel 4 étoiles, le Friends), le spectaculaire Gazomètre d’Oberhausen, un réservoir à gaz transformé en musée, ainsi que le Landscape Park de Duisbourg dont certains batiments ont été restaurés pour accueillir congrès et séminaires.

La Ruhr doit toutefois composer avec une forte concurrence en Allemagne. Sur le trafic Affaires en provenance de France, les principales destinations demeurent Berlin, Stuttgart, Munich, Hambourg, Cologne et Francfort.