Le MICE fait son entrée au Comité de filière Tourisme

192
Le MICE fait son entrée au Comité de filière Tourisme
Olivia Grégoire annonce en novembre dernier la réforme du Comité de filière Tourisme. (Ph. Linda Lainé)

Cette instance, en lien direct avec le ministère du Tourisme, compte désormais un cinquième comité thématique consacré au "Tourisme d'affaires".

Mis en place par l'ancien ministre du Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne en 2019 et ayant fait ses preuves en portant la voix de l'industrie durant la pandémie, le Comité de filière Tourisme (CFT) a survécu à son instigateur.

Mais, comme l'annonçait alors nos confrères de l'Echo touristique, en novembre 2022, la ministre Olivia Grégoire avait entrepris de le réformer dans son fonctionnement. Ce CFT 2.0 voyait alors sa gouvernance s'organiser autour de quatre comités thématiques : "Innovation et accessibilité des données touristiques", "Attractivité des métiers", "Tourisme et logement" et "Tourisme durable".

Désormais, un cinquième comité thématique, consacré au "Tourisme d'affaires" siègera au sein de l'instance. Porté par une proposition de l'UNIMEV et de Promosalons, ce comité comme ses quatre alter-ego, se réunira chaque moi et aura pour objectifs faire émerger des propositions concrètes.

Si ses membres ne sont pour l'heure pas encore désignés, on sait que l'UNIMEV, Atout France et France Congrès & Evénements y auront leur place. Auxquels s'ajouteront des "praticiens" du MICE puisque le principe du CFT repose sur une collaboration public-privé.

Sa feuille de route consiste en une phase de réflexion qui prendra fin en fin d'année 2023 et succèdera à la phase d'action, puisque, nous indique-t-on au cabinet de la ministre, des "délivrables" sont attendus. Les axes de réflexion seront au nombre de trois :

  • Etude sur le tourisme d'affaires : il s'agit de réunir, consolider les données chiffrées sur l'activité MICE en France en 2022. Cette base de données manque à la visibilité globale du secteur et est appeléé à être renouvelée chaque année.
  • Numérisation du tourisme d'affaires : avec, notamment, la question de l'hybridation des événements "sans porter préjudice au présentiel, là où se font vraiment les affaires et les relations humaines".
  • Tourisme d'affaires durables : ou comment diminuer l'impact environnemental d'un événement. Le dossier des matériels recyclables souvent plus onéreux qu'une utilisation successive de matériels "jetables" est notamment sur la table.

Pour l'heure, la date de la première réunion de ce comité thématique "Tourisme d'affaires" n'est pas fixée mais elle devrait avoir lieu dans les très prochaines semaines.