Le secteur événementiel signe un « engagement pour la croissance verte »

Le travail conjoint entre pouvoirs publics et organisations professionnelles (Unimev, LÉVÉNEMENT, Créalians) a trouvé une concrétisation ce lundi après-midi, avec la signature d’une somme d’engagements devant permettre d’accélérer la transition du secteur vers une économie circulaire.

 « Le secteur de l’évènementiel vient de traverser une crise majeure. Il fait preuve de volontarisme en mettant à profit ce moment pour se réinventer en travaillant sur la réduction des impacts écologiques de ses activités. Cet engagement croissance verte contribuera à renforcer la compétitivité du secteur » a déclaré Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, ce lundi après-midi dans les locaux de son ministère, en présence du ministre du Tourisme et des PME Jean-Baptiste Lemoyne et des professionnels de l’événementiel.

Après plusieurs mois de travail, les pouvoirs publics et les organisations professionnelles ont en effet débouché sur une somme d’engagements visant à accélérer la transition du secteur vers une économie circulaire. L’Unimev (Union française des Métiers de l’Événement), LÉVÉNEMENT (association des agences de communication événementielle) et Créalians (Fédération des métiers de l’exposition et de l’événement) d’une part, et le ministère de la Transition écologique et le ministère de l’Économie d’autre part, s’engagent pour trois ans à participer notamment à l’atteinte des objectifs nationaux de la loi du 10 février 2020 relative à la lutte contre le gaspillage et l’économie circulaire.

Les professionnels concrètement s’engagent à :

  • Réduire à la source et mieux valoriser les déchets produits par les événements (moquette, signalétique, bois/mobilier, coton-gratté, plastique, déchets alimentaires);

  • Développer le réemploi des principaux éléments de construction des stands (panneaux, cloisons) et du mobilier;

  • Réduire le gaspillage alimentaire et favoriser le don à des associations.

    Ces différents engagements sont assortis d’indicateurs de mesure qui permettront d’évaluer régulièrement les progrès réalisés sur chacun des engagements. Un Observatoire national sur les déchets et les ressources secondaires dans le secteur de l’événement sera également mis en place pour recueillir précisément les données.

    L’engagement prévoit également une clause de revoyure à un an qui sera l’occasion d’intégrer de nouveaux objectifs et indicateurs sur la base d’une étude conduite par l’Unimev, visant à mieux intégrer le périmètre d’actions relevant des clients des professionnels du secteur évènementiel.

    De son côté, l’Etat s’engage par exemple à étudier les évolutions à apporter aux règlementations susceptibles de constituer un frein à l’atteinte des objectifs fixés dans le cadre cet « ECV », à mettre en place des événements ou activités événementielles écoresponsables, ou encore à soutenir l’analyse des enjeux de gestion des compétences nécessaires pour développer l’économie circulaire et l’adaptation de l’offre de formation professionnelle.

    De la contribution à la rédaction puis à la promotion de la norme ISO 20121 – management responsable d’activités événementielles – en passant par la mise en place de CLEO, le calculateur de performance événementielle qui évalue les impacts business, socio-économiques et environnementaux des événements et territoires événementiels en France, l’Unimev et ses partenaires Crealians et LÉVÉNEMENT rappellent que le développement durable est au cœur de leurs missions.

    On notera enfin que cette signature s’inscrit également dans le cadre du plan Destination France, qui consacre à l’évènementiel des mesures spécifiques pour encourager la relance du secteur.