Le Tourisme d’Affaires reprend des couleurs en région Ile-de-France

218

La CCI de Paris Ile-de-France dévoile sa dernière étude sur le Tourisme d’Affaires au premier semestre 2022. Si l’activité des salons franciliens n’a pas encore retrouvé les niveaux de 2019, la tendance est à la hausse. 

Après deux années difficiles, l’activité événementielle repart à la hausse en Ile-de-France au premier semestre 2022. Aucune annulation n’a été noté lors de ce 1er semestre mais le marché reste encore loin des niveaux de 2019 et l’impact de la crise sanitaire reste significatif. Selon la CCI, 10 700 entreprises ont tout de même annulé leur venue et les retombées économiques perdues pour le territoire francilien s’élèvent à 564 millions d’euros et 2,1 milliards d’euros pour les entreprises. De plus, le niveau élevé d’internationalisation des salons professionnels franciliens, atout habituellement indéniable, s’est révélé pénalisant au 1er semestre 2022. 

Des pertes moins importantes qu’en 2021

En 2021, après 18 mois d’arrêt total depuis mars 2020, le secteur de l’évènementiel amorçait sa reprise avec des formats réduits. 212 salons s’étaient ainsi tenus dans les 21 principaux sites d’exposition et de congrès franciliens, accueillant 2,1 millions de visiteurs. Sur l’année, le nombre de visiteurs s’élevait à 5,8 millions malgré 202 salons en présentiels annulés et 3,2 milliards d’euros de retombées économiques perdues pour le territoire. 

Selon la CCI, le début d’année 2022 est donc encourageant pour le secteur. Afin de soutenir cette reprise, plusieurs initiatives ont été mises en place comme un budget de 100 millions d’euros dédiés à un plan de relance pour la filière de l’évènementiel d’affaires. Pour Dominique Restino, Président de la CCI Paris Ile-de-France : « Les salons franciliens ont connu durant cette période de crise, une mutation accélérée de leurs formats. Les alternatives digitales ont permis aux organisateurs de maintenir un contact avec leurs clients pendant cette période délicate. Si la plupart des acteurs s’accordent sur le caractère indispensable des salons en présentiel, le format phygital s’impose comme le support idéal pour capter une clientèle qui ne serait pas venue sur le salon physique ».