Les salons pro franciliens pénalisés par leur dimension internationale

Foires et salons pros :

Le Baromètre de l'activité des salons franciliens que vient de publier la CCI Paris-Île de France révèle une indéniable reprise. Cependant leur haut niveau d'internationalisation, qui constitue habituellement un atout, pénalise un retour plus rapide à l'activité pré-Covid.

Les salons professionnels, en particulier les internationaux confirmés, restent pénalisés par une clientèle lointaine qui peine à revenir. Leur activité au 1er trimestre 2022 s’est même révélée moins bonne que fin 2021, tout en restant supérieure à celle enregistrée au 3ème trimestre 2021. Bien qu’aucun salon n’ait été annulé au cours du trimestre écoulé, l’impact de la crise sanitaire demeure significatif. En effet, le nombre d’exposants et de visiteurs, en particulier étrangers, est encore loin d’être revenu aux niveaux observés avant la pandémie.

En illustration spectaculaire et contradictoire, la CCI note que les salons grand public ont, eux, enregistré des résultats supérieurs au 1er trimestre 2022 que lors des sept précédents trimestres. C'est bien sûr le profil beaucoup plus local et national qui joue en leur faveur.

Omicron

Début janvier 2022, l’arrivée du variant Omicron et le contexte de forte contamination au Covid-19 a conduit le gouvernement à rétablir des jauges pour les espaces accueillant du public assis (2000 personnes en intérieur) et inciter les entreprises à recourir au télétravail. Ainsi, de nombreux salons programmés en janvier ont été reportés en mars ou plus tard dans l’année.

Néanmoins, certaines manifestations ont été maintenues aux dates prévues initialement. En termes d’activité, le rebond observé aux 3ème et 4ème trimestre 2021 se confirme au 1er trimestre 2022. Si le secteur des salons franciliens est clairement dans une dynamique de reprise, l’activité reste, en ce début d’année 2022, inférieure à celle de 2019 à la même période (- 25,9 % pour la fréquentation des visiteurs, -18,2 % pour la présence des exposants et –23, 3 % pour la surface nette occupée par les stands).
Le retour à la situation d’avant la crise sanitaire prendra encore du temps car elle dépend en grande partie du retour des clientèles étrangères, en particulier lointaines.

Mieux qu’au Q3 2021 mais moins bien qu’au Q4

Le niveau élevé d’internationalisation des salons professionnels franciliens, atout habituellement indéniable, s’est à nouveau révélé pénalisant en ce début d’année 2022. En effet, la fréquentation internationale, notamment lointaine, étant toujours en retrait, l’activité des manifestations « B to B » reste donc dégradée en ce début d’année. Les salons professionnels se sont ainsi tenus sur des surfaces inférieures de 27,1 % car le nombre d’entreprises exposantes était lui-même inférieur de 18 % par rapport à celui constaté au 1er trimestre 2019, La fréquentation des visiteurs a quant à elle été réduite de 30,5 %. Le retour progressif des clientèles internationales reste donc fortement attendu par les professionnels du secteur pour retrouver les "standards" d’activité d’avant crise.

L'impact de la crise sanitaire 

Si aucun salon n’a été annulé lors du 1er trimestre 2022, l’impact de la crise sanitaire reste non négligeable, le nombre d’exposants et de visiteurs ainsi que les surfaces louées restent inférieurs à ceux constatés en 2018.
La CCI Paris Île-de-France estime qu’en raison de la crise :
 Plus de 800 000 visiteurs ne sont pas venus (8,5 % de la
fréquentation annuelle) ;
 Près de 8 000 entreprises n’auront pas exposé (7,4 % du nombre
d’exposants annuels) ;
 439 millions € de retombées économiques auraient été perdues pour
le territoire francilien (8,9 % du total des retombées annuelles) ;
 1,6 milliard € de ventes n’auraient pas été réalisées entre exposants et
visiteurs (7,1 % du flux d’affaires annuel).