L’évènementiel BtoB marqué par les formats hybrides et virtuels

Le réseau social professionnel Linkedin dévoile une étude sur le futur de l’événementiel BtoB. Selon un sondage, plus de la moitié se ferait avec au moins une composante virtuelle post crise sanitaire. 

Menée auprès de 200 organisateurs d’événements BtoB en France, l’étude révèle que 69% des sondés maintiendront des événements virtuels ou hybrides sur le long terme avec à l’avenir, plus de 25% des organisateurs intéressés par l’organisation d’évènements hybrides, 35% pour les évènements virtuels et 40% pour les évènements physiques. L’impact de la crise sanitaire semble donc considérable sur le marché du l’évènementiel et les budgets alloués viennent confirmer cette tendance. En effet, les répondants affirment que 40% de leur budget sera désormais consacré aux plateformes virtuelles et à la publicité digitale. 

> A lire aussi : Strasbourg : les acteurs du MICE multiplient les investissements dans le numérique…

Alors pourquoi un tel engouement pour les évènements hybrides et virtuels ? Car pour 51% d’entre eux ils ne nécessitent pas ou moins de contexte sanitaire favorable, pour la rentabilité (38%) et pour l’accessibilité sans déplacement physique (38%). «L’évolution du secteur de l’événementiel reflète les changements majeurs opérés par les entreprises pendant la crise COVID à savoir moins de temps passé à voyager et une réduction des coûts logistiques, et plus d’investissements pour des intervenants et du contenu de qualité. Cela signifie donc davantage d’évènements virtuels ou hybrides », a déclaré Ioana Erhan, Directrice LinkedIn Marketing Solutions chez LinkedIn France. 

Les principaux défis pour les organisateurs sont désormais, l’investissement budgétaire pour ce type d’évènement, la gestion du budget, l’exécution et les contraintes techniques ainsi que la nouvelle stratégie publicitaire.