Aérien : les perturbations du trafic ont triplé depuis 2019

890

Dans une récente étude publiée par Amadeus, la société technologique affirme que les perturbations aériennes ont été environ trois fois plus élevées en 2023 qu’en 2019. Elle préconise une meilleure intégration de la technologie dans les systèmes et une collaboration renforcer pour parvenir à inverser la tendance. 

Selon les données d’Amadeus, les retards et/ou changements d’horaires dans l’aérien ont augmenté de 300% en 2023, par rapport à 2019. Plus de la moitié des dirigeant des compagnies aériennes (52%) ont déclaré que leurs organisations ont connu davantage de perturbations qu’en 2019. Plusieurs facteurs sont évoqués pour expliquer cette hausse des perturbations, dont la pénurie de main d’œuvre, les mauvaises conditions météorologiques et le retour trop rapide des passagers. « En 2022, les compagnies aériennes ont été confrontées à des problèmes d’approvisionnement et de personnel, mais en 2023, les compagnies aériennes et leurs partenaires sont tout simplement confrontés à un retour de la demande sans précédent. Bien sûr, c’est bienvenu, mais cela entraîne des défis opérationnels », a déclaré Harry Grewal, directeur de l’infrastructure et de l’expérience client, IATA.

Plus de collaboration entre les acteurs 

Selon le rapport, environ 64% des compagnies investissement actuellement dans les nouvelles technologie pour améliorer ce score et limiter les perturbations. Elles soulignent également la nécessité d’une « intégration plus étroite de nos propres systèmes opérationnels pour obtenir une vision globale des perturbations ». Pour les gestionnaires d’aéroports, « il existe un manque d’une technologie commune » pour limiter ces perturbations et un tiers des dirigeants ont souligné « la fourniture d’informations de dernière minute par les compagnies aériennes », constituait un défi persistant. Globalement, un quart des aéroports interrogés prévoient d’investir dans la technologie de leurs centres de contrôle opérationnel dans les 12 prochains mois.

> A lire aussi : Aérien : la demande mondiale poursuit son rebond en 2023 (IATA)

Parmi les solutions présentées à travers le rapport figurent l’utilisation de la biométrie, l’amélioration des outils de communication avec les passagers et la collaboration entre les compagnies aériennes et les aéroports. Holger Mattig, SVP Product Management chez Amadeus Airport & Airline Operations conclut : « Nous avons encore trop de silos d’information dans l’aviation, ce qui a un impact sur la réponse globale et, en fin de compte, sur les passagers. Cependant, je sens une réelle détermination dans l’ensemble du secteur à mettre de côté les tensions commerciales historiques et à proposer une approche qui soit meilleure, plus cohérente et plus centrée sur le voyageur, grâce à des technologies partagées. »