Voyage d’affaires durable : un rapport CWT-GBTA sur les leviers et contraintes

Le rapport «La Grande Idée : Comment rendre les déplacements professionnels plus durables ?» publié par CWT et GBTA , permet d’obtenir un retour d’information direct de l’industrie sur la demande et les leviers pour un voyage d’affaires durable.

- Publicité -

Une séance de réflexion à grande échelle sur l’avenir « durable » du voyage d’affaires a été organisé en novembre dernier, lors de la conférence GBTA 2019 à Munich. De nombreux professionnels de l’industrie étaient présents à cette occasion, sociétés de gestion de voyages, de services hôteliers, aériens, de location de voitures et de services annexes, ainsi que les communautés d’acheteurs de toute l’Europe. Interrogés sur leur confiance en la capacité du secteur à rendre l’avenir des voyages d’affaires plus durable, 65 % des participants interrogés s’étaient dits globalement confiants, soit très confiants. Le pourcentage avait même atteint 71 % lorsqu’on les avait sondés sur la volonté de l’industrie à tendre vers ces pratiques.

Quatre hauts dirigeants issus de différents segments de l’industrie du voyage – Markus Trapp, directeur des ventes DACH chez CWT, Juliet Howie, directrice des ventes EMEA chez Oakwood Worldwide, Mette Bank, Regional Travel Manager EMEA chez The LEGO Group, et Jake Cefolia, Senior Vice President Worldwide Sales pour United Airlines – ont formé le panel qui a dirigé le débat.

Premier constat, la prise de conscience sociale croissante, notamment chez les millennials et les centennials, met les entreprises sous pression. Les employés en déplacement exigent un programme de voyage plus durable. Les organisations devront agir si elles veulent préserver leur réputation. Les fournisseurs, de leur côté, devront également adapter leur offre s’ils veulent rester pertinents vis-à-vis d’un public voyageur qui choisit de réserver auprès de prestataires plus respectueux de l’environnement.

Ce changement de mentalité ouvrira la porte à des alternatives plus respectueuses de l’environnement – biocarburants, recyclage amélioré dans les aéroports, meilleure gestion des déchets, suppression des plastiques jetables, moins de vols à vide, flottes d’avions modernisées, produits de nettoyage plus écologiques – qui conduiront finalement à une réduction des émissions de CO2.

En adoptant une approche proactive, combinée à des technologies de pointe et à des capacités de gestion des données, les sociétés de gestion de voyages peuvent jouer un rôle clé pour rendre les voyages d’affaires plus durables. Elles peuvent accompagner les entreprises dans la création d’un programme de voyage plus écologique en les aidant à choisir les meilleurs fournisseurs, en offrant des rapports précis sur le carbone et en élaborant des politiques de voyage autour de systèmes de jeux et de récompenses pour les employés les plus impliqués.

Les contraintes identifiées allaient de l’apathie de l’employeur au manque d’options alternatives. Le coût de mise en œuvre d’options de services aériens et d’hébergement plus durables ainsi qu’un manque de rapports ou de mesures ont également été identifiés comme des obstacles. 

«Au final, la pression des voyageurs déclenchera une action positive. Des progrès technologiques seront nécessaires pour aider à résoudre les problèmes environnementaux plus complexes tels que l’expérience d’hébergement des clients et la neutralité carbone dans l’industrie aéronautique, mais les opportunités sont nombreuses pour travailler avec les chaînes d’approvisionnement qui mettent déjà en œuvre et suivent les pratiques durables tout au long du parcours client » résume Scott Solombrino, COO et Executive Director de GBTA.