Enquête : A quoi ressemblera la reprise des voyages ?

Le Covid-19 a un impact massif sur la demande de voyages – la probabilité de faire un voyage d’agrément au cours des six prochains mois a diminué de plus de 50 % au cours du dernier mois, selon l’enquête TIPS (Travel Intentions Pulse Survey) de MMGY, réalisée à la fin du mois de mars.

Lorsque les voyages reprendront, comme ils l’ont fait face à d’autres événements uniques, quelle sera leur trajectoire ? Et en quoi seront-ils différent des précédentes reprises ? 

Peter Yesawich, fondateur de MMGY Global, une agence américaine de marketing de voyage et d’hébergement, a précisé au site Travel Market Report, à quoi pourrait ressembler la reprise des voyages, ainsi que les leçons tirées des périodes antérieures de turbulences dans le secteur des voyages et de ce qui rend le monde post-COVID-19 différent de ces périodes.

1. La reprise sera largement déterminée par la perception de la sécurité.
Le moment où les gens reprendront leurs vacances et leurs voyages réguliers, et la rapidité avec laquelle ils le feront, seront très probablement déterminés par leur sentiment de sécurité. C’est la perception de la sécurité qui déterminera en fin de compte le moment où la reprise s’amorcera et aussi sa solidité, a expliqué M. Yesawich à TMR.

À l’heure actuelle, le principal facteur qui fait baisser les attentes des voyageurs est la perception de la sécurité. Le véritable catalyseur d’une reprise complète sera un vaccin, qui marque une différence entre cette période de voyage et la période après le 11 septembre – un vaccin fournirait un niveau de certitude qui n’était pas possible après le 11 septembre, mais ce n’est toujours pas une pilule magique.

2. Le prix sera un élément déterminant.
Les fournisseurs de voyages qui réduisent leurs prix ne pourront pas à eux seuls dissiper les craintes des voyageurs, mais ils seront déterminants. « Le carburant qui pourrait accélérer la reprise est la tarification et la disponibilité d’offres attractives« , a déclaré M. Yesawich. « Le degré d’hésitation des gens à voyager dans un monde incertain est inversement proportionnel à ce qu’ils paient ».

La reprise après le 11 septembre a été favorisée par les compagnies aériennes et autres fournisseurs qui ont baissé leurs tarifs. Les vols transatlantiques vides ont commencé à se remplir lorsque les compagnies aériennes ont commencé à proposer des tarifs de 199 dollars. Cela ne s’est pas fait rapidement, mais les gens étaient plus disposés à envisager de voyager lorsque la valeur était élevée. Mais, souligne M. Yesawich, « si la sécurité n’est pas au rendez-vous, vous pouvez offrir des sièges mais cela ne remplira pas un avion« .

Cela est confirmé par les données de l’enquête TIPS : un pourcentage plus élevé de voyageurs (63 %) a cité un ralentissement du COVID-19 dans le monde entier  comme le facteur qui aurait le plus d’impact sur les décisions de voyage au cours des six prochains mois.

3. Les voyages de loisirs vont se rétablir en premier, les voyages d’affaires pourraient changer à jamais.
Malgré certaines perceptions, les voyages d’agrément seront le moteur de la reprise générale du secteur, a déclaré M. Yesawich, et c’est une bonne nouvelle pour la communauté des agences de voyage.

« Comme le décrivent les économistes, la demande pour les voyages d’agrément est plus élastique que statiue. Elle est motivée par un tas de choses« , a-t-il précisé.

Les voyageurs sont en partie plus résistants que jamais, parce que ce qui s’est passé au cours des vingt dernières années – des événements comme le 11 septembre et la crise financière, ainsi que la grippe porcine et d’autres urgences médicales généralisées – a rendu les voyageurs réguliers plus résistants pour reprendre la route et l’avion.

« Si vous êtes un client qui vit une mauvaise nouvelle, la première fois que cela arrive, c’est vraiment un choc et le schéma de rétablissement est différent. La troisième ou la quatrième fois, vous êtes beaucoup plus immunisé« , a-t-il déclaré.

Par ailleurs, les voyageurs d’affaires, bien que selon l’enquête TIPS ils se sentent plus en sécurité en voyage que pendant leurs loisirs, ont été contraints de s’adapter à un nouveau monde où le travail se fait à domicile et où les nouvelles technologies resteront en place après la pandémie. Cela pourrait très facilement réduire le besoin de voyages d’affaires de tous les coins du monde des affaires. En témoigne la croissance de Zoom, probablement le logiciel de réunion en ligne le plus utilisé et celui qui bénéficie le plus du nouvel environnement de travail à domicile, dont le nombre d’utilisateurs est passé de 10 millions à 200 millions au cours des trois derniers mois seulement.

Cette croissance de la technologie, a déclaré M. Yesawich, a très peu de chances d’avoir un impact sur le marché des loisirs. « Je ne pense pas du tout que la technologie puisse avoir cet impact. Pour les « vacances virtuelles », nous ne voyons aucune preuve du tout dans nos travaux.« 

4. Certains segments de loisirs s’en sortiront mieux que d’autres.

La reprise des compagnies aériennes va être difficile et le secteur des croisières pourrait prendre plus de temps, mais les segments des loisirs, une fois que les gens se sentiront en sécurité, se rétabliront. Certains segments se rétabliront en premier.

« Les gens peuvent préférer la voiture à l’avion, quand les choses se rétabliront. Et les gens pourraient être plus à l’aise en passant leurs vacances plus près de chez eux« , a déclaré M. Yesawich. La dernière enquête TIPS de MMGY l’a montré : la plupart des gens (68 %) disent se sentir plus en sécurité dans leur voiture personnelle, plus encore que dans les parcs (40 %), les épiceries (29 %) et les lieux de culte (17 %).

Selon M. Yesawich, après le 11 septembre, l’industrie du voyage en famille a pris son envol et il s’attend à ce que quelque chose de similaire se produise cette fois-ci également.

« Nous avons constaté une augmentation importante du nombre de parents voyageant avec leurs enfants après le 11 septembre et je pense que cela reflète l’évolution de la mentalité des Américains. Je pense que nous allons voir quelque chose de similaire aujourd’hui« , a-t-il expliqué. Même après les turbulences non liées à la sécurité, notamment la crise financière de 2008 et 2009, les voyages en famille sont revenus en premier.