Entreprises & BT : inquiétude et attentisme (sondage GBTA)

Entreprises & BT : inquiétude et attentisme (sondage GBTA)

Alors qu'Omicron émerge, le secteur des voyages d'affaires s'inquiète de l'impact économique potentiel mais maintient le cap sur le retour aux voyages d'affaires.

En raison de l'émergence de la variante Omicron, de nombreux praticiens du voyage d'affaires sont préoccupés par les impacts économiques potentiels dans l'industrie. Cependant, la plupart des entreprises adoptent une approche attentiste avant d'introduire de nouvelles restrictions ou exigences pour les voyages d'affaires. En outre, une nette majorité d'entre eux estime que les pays devraient exiger des visiteurs internationaux qu'ils prouvent qu'ils sont pleinement vaccinés, et que des tests négatifs avant le voyage devraient être exigés quel que soit le statut vaccinal. Tels sont les points saillants de ce sondage réalisé du 6 au 12 décembre 2021, et ayant reçu 732 réponses.

Incertitude économique

L'inquiétude concernant la variante omicron est apparente parmi les répondants de l'industrie mondiale du voyage d'affaires, plus particulièrement en termes d'impacts économiques potentiels.

Huit répondants sur dix (82%) sont préoccupés ou très préoccupés par l'impact de l'omicron sur les revenus des entreprises du secteur des voyages d'affaires. Sept personnes sur dix (69 %) se disent préoccupées par l'emploi et la (ré)embauche dans le secteur et six personnes sur dix (61 %) s'inquiètent de la sécurité des voyages d'affaires.

La variante omicron a probablement eu un impact sur au moins une partie des réservations des fournisseurs de voyages d'affaires et des TMC. Une entreprise sur trois (37 %) indique que ses réservations ont diminué, tandis qu'un tiers (35 %) déclare que les réservations de son entreprise sont restées les mêmes.

Par rapport à un sondage GBTA d'août 2021 sur la variante delta, alors que le niveau d'inquiétude concernant les impacts sur les revenus est similaire pour les deux variantes, la variante omicron suscite moins d'inquiétude concernant la sécurité de la reprise des voyages ou de l'emploi/du recrutement. Dans le sondage d'août sur la variante delta, 85 % des répondants ont déclaré être préoccupés ou très préoccupés par l'impact sur les revenus, 79 % en termes d'emploi/réengagement et 78 % en termes de sécurité des voyages d'affaires.

PVE : wait and see

À l'échelle mondiale, on observe une approche plus attentiste concernant l'introduction de nouvelles restrictions ou exigences en matière de voyages d'affaires et les entreprises maintiennent leurs plans actuels en ce qui concerne le retour aux voyages.

La moitié d'entre elles (53%) déclarent qu'il est peu probable que leur entreprise introduise de nouvelles restrictions en raison de la variante omicron, tandis qu'une sur cinq (19%) déclare que son entreprise n'a pas introduit de nouvelles restrictions mais envisage de le faire.
Moins d'un cinquième (17%) des répondants déclarent que leur entreprise a introduit de nouvelles restrictions sur les voyages d'affaires non essentiels ou de nouvelles exigences liées aux voyages d'affaires en raison de la variante omicron.
Cependant, en Europe, il y a des indicateurs d'une plus grande inquiétude quant à l'impact sur les revenus et d'une plus grande prudence quant à l'introduction de nouvelles restrictions sur les voyages.

Les répondants basés en Europe (90%) sont plus susceptibles de se dire préoccupés ou très préoccupés par l'impact de l'omicron sur les revenus des entreprises du secteur des voyages d'affaires que ceux basés en Amérique du Nord (79%).
Les fournisseurs de voyages d'affaires en Europe (61%) sont plus susceptibles d'indiquer que leurs réservations ont diminué que ceux d'Amérique du Nord (29%).
Bien qu'ils soient encore beaucoup moins de la moitié, les répondants basés en Europe (32%) sont beaucoup plus susceptibles que les acheteurs basés en Amérique du Nord de dire qu'ils ont introduit de nouvelles restrictions (12%).
Une grande majorité des professionnels des voyages d'affaires internationaux sont favorables aux exigences en matière de vaccination et de tests pour les voyages internationaux.

Vaccins et tests

Deux tiers des répondants (66%) estiment que les pays devraient exiger des visiteurs internationaux qu'ils prouvent qu'ils sont pleinement vaccinés, contre 16% qui pensent que les pays devraient autoriser les visiteurs internationaux non vaccinés.
Les personnes interrogées estiment que les pays devraient exiger des tests négatifs avant le voyage pour tous les visiteurs internationaux, même s'ils ont été entièrement vaccinés (60%). Toutefois, une personne sur trois (30 %) est favorable à une exigence de test négatif uniquement si le voyageur n'est pas vacciné.