Etude FreeNow : quelle mobilité du quotidien pour les entreprises ?

273

Les collaborateurs veulent se déplacer différemment aujourd’hui, avec un recours accru à la micro-mobilité et au budget mobilité. Comme le souligne une étude européenne réalisée par FreeNow, les entreprises doivent désormais faire preuve de davantage de souplesse.

«La mobilité des entreprises évolue rapidement. De nouveaux modes de transport et de nouvelles offres apparaissent sans cesse dans les villes européennes. Avec ces changements, les employés attendent de leurs employeurs qu’ils leur offrent davantage d’options de mobilité » explique Jason Dunderdale, responsable des ventes UK chez FreeNow for Business. Le propos est extrait de l’introduction d’une étude réalisée l’an dernier par le  fournisseur de services de mobilité, pour laquelle ont été interrogés plus de 5 000 voyageurs d’affaires et 819 entreprises en Europe. Premier constat, la demande traduit une envie croissante pour des moyens de transport plus écologiques, plus souples et plus sûrs, aussi bien sur le trajet domicile-travail que pour se rendre à des réunions et autres événements professionnels.

La mobilité des entreprises s’inscrit donc dans un nouveau contexte social et environnemental. Un employé sur deux (49% exactement) choisit de travailler en priorité dans une entreprise qui se préoccupe de sa santé et de son bien-être. Et pour les cadres dirigeants, veiller au bien-être de leurs collaborateurs est aujourd’hui leur priorité, selon 48% des personnes interrogées. Sans surprise, les problématiques environnementales occupent désormais une place prépondérante. 46% des travel managers européens déclarent que le développement durable est l’un des trois points majeurs de leur programme de transport terrestre.

Option de mobilité : « plus sûre » avant « plus facile » et « plus rapide »

La Covid a eu une incidence sur l’évolution des choix des modes de transport dans le cadre professionnel. Ainsi, 38% des entreprises ont anticipé un transfert des transports publics urbains vers les voitures privées et les taxis. Autre constat, 40% des employés aimeraient utiliser des vélos ou des vélos électriques pour leurs déplacements quotidiens, tandis que 37% des voyageurs d’affaires aimeraient les utiliser pour se rendre à des réunions. Dans le même temps, l’étude note une attention accrue portée à la sécurité, laquelle constitue une priorité des voyageurs d’affaires dans leurs trajets du quotidien. Ainsi, 52% d’entre eux déclarent qu’ils choisissent l’option de mobilité d’abord la plus sûre, puis la plus facile (51%) et enfin la plus rapide (48%).

Pour s’adapter aux nouvelles façons de se déplacer, les entreprises doivent faire preuve d’une plus grande flexibilité dans l’approche des questions de mobilité, poursuit l’étude. Pour les déplacements domicile-travail, 65% des employeurs fournissent à leurs employés une voiture de société, 72% « subventionnent » leurs transports publics, 40% le covoiturage et 46% la micromobilité. Et 47% optent pour un budget mobilité (*) pouvant être utilisé pour des déplacements professionnels ou privés.

Quelles sont désormais les évolutions s’inscrivant davantage dans la durée, sachant que seul un voyageur d’affaires sur cinq est totalement satisfait de son mode de transport du quotidien aujourd’hui !

Le budget mobilité rencontre une forte adhésion

L’étude note que 45% des employeurs qui offrent actuellement des voitures de fonction à leurs employés disent qu’ils les remplaceraient volontiers par un budget mobilité. Cela tombe bien : si 63% des voyageurs d’affaires interrogés utilisent leur voiture privée ou de société pour se rendre au travail, 31% préféreraient utiliser des vélos (dont e-bikes), 9% des scooters/e-scooters et 6% des trottinettes.

65% des personnes interrogées trouvent l’idée d’un budget mobilité (*) séduisante et souhaitent le proposer. Et 77% des employeurs déclarent qu’un budget mobilité pourrait totalement remplacer leur offre actuelle de mobilité d’entreprise. Concernant les freins au budget mobilité, les obstacles principaux sont dans l’ordre le coût, les taxes et l’assurance. 

(*) Avec un budget de mobilité, les employeurs donnent aux employés une allocation qu’ils peuvent utiliser pour différents différents types de transport (taxi, autopartage,
scooter, vélos électriques…). Une entreprise peut aussi proposer à ses salariés bénéficiaires d’une voiture de fonction, d’y renoncer, partiellement ou totalement, en échange d’un crédit utilisable pour régler leurs déplacements professionnels ou personnels. En France, ces deux dispositifs existent, sous les noms de crédit mobilité et forfait mobilité durable.