La startup Spendesk lève 100 millions d’euros

La jeune pousse spécialisée dans la gestion des dépenses professionnelles finalise une nouvelle levée de fonds à hauteur de 100 millions d’euros. Il s’agit de la dixième levée de fonds la plus importante en France en cette année 2021. 

Malgré la crise, Spendesk attire les investisseurs et se positionne sur le marché de la fintech. Créée en 2016, la startup propose une solution pour faciliter la gestion des dépenses professionnelles en entreprise. L’application permet, entre autre, d’effectuer tout type d’achat via transfert de fonds ou carte virtuelle et de se faire rembourser facilement en cas d’avance de frais. Après trois levées de fonds en 2017, 2018 puis 2019, la jeune pousse lève 100 millions d’euros en 2021 auprès de General Atlantic, Index Ventures et Eight Roads Ventures. « Nous sommes ravis que General Atlantic, fonds d’investissement réputé, rejoigne les rangs de nos investisseurs et nous soutienne dans notre ambition de transformer la gestion des dépenses professionnelles. Leur grande expérience, acquise aux côtés de scale-ups françaises et internationales telles que Doctolib, ManoMano, Backmarket et Mollie, nous sera très précieuse », déclare Rodolphe Ardant, cofondateur et CEO de Spendesk.

> A lire aussi : Spendesk lève 35 millions d’euros

Cette nouvelle levée de fonds intervient après un an de croissance rapide : « Cette année de crise a révélé un réel besoin de dématérialisation de la part des entreprises en matière de fonction financière. Ce tour de table va nous permettre dans un premier temps de recruter de nouveaux profils, notamment une équipe dédiée à l’amélioration de l’expérience client et de continuer de développer notre solution. Nous sommes actuellement 300 salariés et nous souhaitons doubler nos effectifs d’ici à 2022 ! », nous confie Faustine Rohr-Lacoste, Head of Community chez Spendesk. « Nous couvrons un champs qui va au-delà du Travel and Expense et nous souhaitons centraliser toutes les dépenses de l’entreprise sur une plateforme unique », ajoute-t-elle.