L’acquisition de CWT par Amex GBT au crible des lois antitrust

235
L'acquisition de CWT par Amex GBT au crible des lois antitrust

Le parcours commence par le Royaume-Uni mais ce n'est que le début.

La CMA (Competition and Markets Authority, l’autorité britannique de la concurrence et des marchés) vient d’ouvrir une enquête sur l'acquisition de CWT par Amex GBT, pour un montant de 570 millions de dollars. Il s’agit d’une procédure standard initiée par GBT, qui devra aussi avoir lieu sur les principaux marchés concernés par la transaction : Etats-Unis et Union européenne.

> Lire aussi : Amex GBT acquiert CWT pour 570 M€

> Lire aussi : Amex GBT/CWT - Anatomie d’un séisme

> Lire aussi : Amex GBT/CWT – Faut-il craindre Google ?

> Lire aussi : Amex GBT/CWT - Et si des TMC locales en profitaient ?

La CMA a déclaré dans un communiqué qu'elle examinait, dans le cadre de son enquête préliminaire de phase 1, si l'opération relevait “des dispositions relatives aux fusions de la loi sur les entreprises de 2002 (et), dans l'affirmative, si l'on peut s'attendre à ce que la création de cette situation entraîne une diminution substantielle de la concurrence sur un ou plusieurs marchés de biens ou de services au Royaume-Uni”.

Effectivement, quand le numéro 1 d’un marché acquiert le numéro 2 ou 3 (selon les critères), la question se pose. Nous avions interrogé Anthony Poirier, d'Axys Odyssey, à ce sujet il y a quelques semaines, au moment de l’annonce de l’opération. Il avait alors relativisé les risques d’une invalidation au nom des lois antitrust : “Le risque existe sur les marchés où CWT et GBT sont forts et représenteraient plus de 50% en cumul. Au pire, on peut passer par des démantèlements partiels pour entrer dans les clous.”

Et il avait ajouté deux arguments concernant l’improbabilité, selon lui, d’une entrave de cette nature, plus spécifiquement auprès des autorités américaines : “D’une part, si la transaction est importante à l’échelle de l’industrie, elle ne l’est pas au regard de l’économie américaine. D’autre part, CWT se porte mal. Si la fusion se fait sans (trop) de pertes d’emplois, personne n’a intérêt à bloquer la transaction”.

La CMA a également fixé la date limite du 30 juillet pour décider de donner le feu vert à l'acquisition ou de procéder à une enquête de phase 2 plus approfondie. Quant à Amex GBT, on sait que la TMC espère finaliser l’acquisition au deuxième semestre de cette année.