Les chauffeurs VTC devront tous détenir une carte sécurisée dès le 1er mars

Parmi les chauffeurs de VTC, près du quart utiliseraient de fausses cartes professionnelles, et moins du tiers d’entre eux sont munis des nouvelles cartes sécurisées.

- Publicité -

Un reportage de France 2, ce week-end, était consacré à la carte professionnelle des VTC, un document obligatoire, que les chauffeurs doivent mettre sur leur pare-brise. En effet, sur les 62 000 professionnels enregistrés, 15 000 utiliseraient de fausses cartes, que l’on peut obtenir pour 800€ auprès d’un réseau de faussaire, explique un conducteur qui a fait de la prison et ne peut en principe pas exercer cette activité. Pour obtenir sa carte légalement, il faut avoir un casier judiciaire vierge, trois ans de permis de conduire et passer un examen dont le taux de réussite est de 50%.

Des mesures vont bientôt entrer en vigueur pour lutter contre cette fraude. Le secrétaire d’État chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a en effet annoncé que les cartes non sécurisées seront interdites à compter du 1er mars 2020. A cette date, seuls les chauffeurs de VTC munis d’une carte sécurisée – délivrée depuis septembre 2017 – pourront continuer à exercer leur profession. Aujourd’hui, seuls 18 000 chauffeurs ont fait renouveler leur carte pour une version sécurisée. Celle-ci facilite le contrôle, y compris par l’usager, le ministère des Transports ayant notamment mis en place une plateforme accessible à tous sur internet, baptisé « Authentification VTC Contrôle».