Les voyageurs d’affaires se soucient de la souplesse, pas de la durabilité

96

Une étude Notilus met en avant le faible souci écolo des voyageurs d'affaires.

L’étude menée tout au long de l’automne 2021 par Notilus passe en revue les transformations de l'organisation du travail en général, du voyage d'affaires en particulier. Si l'on doit en retenir une chose, c'est qu'elle relativise l'effet du vent RSE qui souffle sur le business travel. Car si les boards communiquent avec insistance sur le sujet, les principaux intéressés - les voyageurs - semblent plus en retrait sur la pertinence de la thématique.

En effet, quand on les interroge sur leurs priorités lors de leurs voyages professionnels, ils placent majoritairement et en tête la "souplesse" (56,1 %), la simplicité (42,1 %), puis la sécurité et la sûreté (40,4 %). Le confort sera un argument de choix pour 36,8 % d’entre eux et seulement 21,1 % considèrent la volonté de limiter les conséquences environnementales de leurs déplacements professionnels comme un de leurs principaux critères de choix. Dès lors, l'enjeu pour l'entreprise est de concilier les attentes des collaborateurs avec leur engagement RSE de plus en plus fort.

Comme le précise le commentaire de l'étude, considérant cet apparent faible intérêt pour la RSE par le voyageur collaborateur et dans un contexte d'amélioration notable des outils de travel management "notamment en intégrant des fonctionnalités de gestion des risques (ou des critères) sanitaires ou écologiques (ces) outils sont-ils plébiscités ou au contraire rejetés par les collaborateurs ?"