Mooncard et CDS Group s’allient pour créer… rien

Mooncard et CDS Group s'allient pour créer... rien

On a spontanément fustigé le marketing. Puis on s'est ravisé : le problème n'est pas de "marketer" un produit; le problème, c'est quand le produit est une coquille vide. Mooncard et CDS Group en font la démonstration.

Cela valait bien un post sur les réseaux sociaux et un publirédactionnel sur un site du tourisme : "Mooncard s'allie à CDS Group et propose un nouveau service à ses clients". Et pas des moindres : en réservant sa chambre d'hôtel via le HBT (outil de réservation hôtelière en ligne) CDS, on cumule des miles Flying Blue, rien moins que le plus gros programme de fidélité de l'aérien européen (celui d'Air France-KLM).

Miles & Nights, c'est le nom de ce prodige, fort alléchant, il est vrai. Mais comment est-ce possible ? Par la grâce de la fintech française Mooncard qui, en janvier 2021, a conclu un partenariat avec le transporteur franco-néerlandais. Le principe en est simple : 1 € dépensé avec une Mooncard = 1 mile gagné. Et, même, avec la carte premium Mooncard X, 1 € dépensé = 1,5 mile.

> Lire aussi : Mooncard, la fintech française qui défie AmEx

Qu'apporte donc ce partenariat à l'utilisateur d'une Mooncard ? Rien. Pour le dire autrement : l'utilisateur d'une Mooncard pourra réserver sa chambre à 100 € chez CDS, il cumulera 100 miles. Comme ce sera le cas s'il le fait par le biais d'un autre HBT, qu'il s'appelle HRS ou HCorpo, ou en direct sur le site des hôtels... ou en achetant deux ou trois bouteilles de champagne pour recevoir un client.

Le communiqué concernant ce partenariat, outre son appellation, parle d'un "service", d'une "plateforme". Sans aucun doute, c'est un produit. Sauf qu'interrogé sur la valeur ajoutée de celui-ci, Tristan Leteurtre, CEO de Mooncard, a bien été en peine de nous répondre. Quant à Ziad Minkara, CEO de CDS, il met en avant "l'accès, pour CDS, aux 3000 clients de Mooncard". Et pour Mooncard, en substance, un update régulier sur les prix de l'hôtellerie. Pour l'utilisateur, rien de nouveau sous le soleil. Une coquille vide.

Tristan Leteurtre nous a confié que le "partenariat" (sic) pouvait s'approfondir, et que le "produit" (re-sic) pouvait être amélioré. Par un multiplicateur de miles, par exemple." L'idée plaît a priori à Ziad Minkara. On sait que les deux CEO doivent se rencontrer la semaine prochaine. Si les discussions aboutissent et que la coquille vide se transforme en avantage pour les utilisateurs, DeplacementsPros se fera un plaisir d'en informer ses lecteurs.