NDC : La malédiction du slide n°5

NDC : La malédiction du slide n°5

Dans l'aérien, quand on sort les slides, c'est jamais bon signe. Car "slide", en anglais, c'est aussi "toboggan"... Regard sur les turbulences actuelles du point de vue d'un décollage douteux.

Ça commençait mal… 

Le petit monde des agences de voyage et plus encore des agences de voyage business, des GDS et des transporteurs aériens est en ébullition. En cause : le feuilleton sans fin du NDC avec, comme dernier rebondissement, le récent report par Air France de la bascule vers ce système de distribution pour les TMC.

> Lire aussi : Air France reporte la bascule NDC au 30 septembre

Ça commençait mal, disions-nous… Petit retour en arrière sous la forme d’une anecdote croustillante entendue jeudi dernier à la soirée des Travel d’Or, due à un éminent acteur du travel, lui-même agent de voyage.

Le cadre est celui d’un congrès du SNAV (Syndicat national des agences de voyage, l’autre nom des Entreprises du voyage). Le moment, lui, semble appartenir à une ère antédiluvienne. C’était il y a une dizaine d’années, approximativement, à l’époque où IATA exposait urbi et orbi son fabuleux projet de distribution, et on allait voir ce qu’on allait voir.

L’Association internationale du transport aérien, ce sont des gens sérieux. Bienveillants aussi, prenant en compte les intérêts ou plus simplement les questionnements et les doutes de leurs partenaires. Alors IATA profite du raout syndical pour s’adresser aux agents de voyage. L’un de ses porte-paroles est sur scène. Dans son dos, sur un écran géant, une série de slides défile lentement, pour illustrer ses propos empreints de chaleur et de pédagogie. Dans la salle, écoute attentive, prises de notes studieuses.

"Oups !"

Tout allait pour le mieux jusqu’à ce satané slide n°5… Le schéma qui s’y affiche est simple : une mini nébuleuse identifie les acteurs de la distribution aérienne : COMPAGNIE/GDS/AGENCES DE VOYAGE/CLIENTS. Jusque là, encore, tout va bien. Mais le NDC débarque et la nébuleuse se réduit encore : les termes “GDS” et “AGENCES DE VOYAGE” sont alors barrés d’une croix, matérialisant leur disparition, leur court-circuitage.

Dans le public, composé, on s’en doute, d’agents de voyage, à la découverte de cet inopportun powerpoint, l’émoi est grand. On voit d'ici quelques mains tremblantes tâtonnant dans les airs pour empoigner un hypothétique masque à oxygène qui tomberait du plafond. Le témoin de la scène n'en garde pas le souvenir, mais c'est avec une certaine délectation qu'on imagine un faible “oups” s’échappant comme un souffle de la bouche du speaker IATA. On l’imagine aussi passer de l’aérien à l’aéronautique, au nautique surtout : on l’imagine sortir les rames.

Ça commençait mal, donc, mais ce n'est pas fini. Quelques semaines plus tard, une nouvelle présentation publique de NDC par IATA devant un public comparable est organisée. Notre décidément très investi grand témoin y assiste encore. Laissons-lui la parole : “Cette fois-là, la présentation s’est déroulée plus normalement. A un détail près : on est passé directement du slide 4 au slide 6”.