Quelles TMC françaises sont les plus visibles depuis le Royaume-Uni ?

Quelles TMC françaises sont les plus visibles depuis le Royaume-Uni ?

Rien de tel que de prendre un peu de recul pour s'offrir un nouveau panorama. Le média BTN Europe vient de publier un classement des TMC leader en France. Très discutable par définition, il n'en offre pas moins une vision intéressante du marché de la distribution en France vu des bords de la Tamise.

Depuis un quart de siècle, le média BTN Europe, dont le siège est londonien (pour une maison-mère dans le New Jersey), établit un classement annuel des travel management companies (TMC) britanniques. Il innove cette année en se prêtant au même exercice pour les deux autres plus gros marchés européens : l'Allemagne et la France.

Performance financière

Ce classement est avant tout basé sur la performance financière des agences. Les sources utilisées sont de deux natures. Déclarative : réponses à un questionnaire. De recoupement et de complément : analyse des dépenses de transport aérien basé sur le plan de facturation et de règlement de l'IATA et prise en compte des déclarations publiques sur l'évolution des dépenses et du chiffre d'affaires des clients. Pour des raisons bien compréhensibles, le classement 2021 ne se contente pas des chiffres de l'année précédente comme c'est habituellement le cas, mais recourt en outre aux données 2019.

Pourtant, pour avoir contacté plusieurs dirigeants des TMC présentes dans le classement français, la plupart d'entre elles n'a pas reçu le fameux questionnaire sur lequel s'adosse le classement, ou bien n'y ont pas répondu tant il est exigeant (ce qui plaide pour BTN) et donc chronophage. Comme nous l'a confié Andy Hoskins, le rédacteur en chef de BTN Europe, "les classements allemands et français sont en rodage. Nous nous sommes beaucoup appuyé sur la vision du marché de notre correspondant dans chacun de ces pays".

Le classement

On peut donc en conclure que ce classement français inaugural souffre de quelques défaillances en termes de rigueur au niveau des chiffres. Mais comme il s'est également établi sur le ressenti d'un correspondant hexagonal, il y est aussi certainement question de dynamique, de ressenti. Ce qui n'est pas moins intéressant. Au final, la signification a minima de ce classement est tout simplement de nous donner des indications sur la visibilité des agences hexagonales outre-Manche. Vu la taille et la maturité du marché, ce n'est, là encore, pas dénué d'intérêt.

Nous reproduisons ici le France's leading TMCs 2021 tels que proposés par BTN Europe :

Quelques remarques

Pourquoi 22 agences et pas 20 ou 25 ? C'est un autre débat. Quoiqu'il en soit, on peut tout d'abord considérer que BTN Europe s'adressant en premier lieu à des lecteurs britanniques, l'ensemble des agences classées a les moyens d'opérer au Royaume-Uni. 

  • Sans surprise les mastodontes internationaux occupent le haut du tableau : CWT (1ère), Amex GBT (2ème), Egencia (4ème), FCM (6ème) et BCD (7ème) tiennent leur rang. On pouvait cependant attendre un classement plus flatteur pour BCD... Mais cette 7ème place reflète finalement assez bien un ressenti concernant de nombreux acteurs du marché : la compagnie basée à Utrecht (Pays-Bas) connaîtrait un certain essoufflement au profit de FCM.
  • Bien sûr, l'un des faits saillants de ce ranking, c'est l'irruption d'un national dans le tiercé gagnant. Cette 3ème place, Travel Planet la doit peut-être à sa stratégie audacieuse en termes technologiques notamment. Son récent développement de l'autre côté de la Manche - et sa belle intrusion dans le secteur publique anglais - y participe plus sûrement encore.
  • Mais, plus globalement, la TMC d'origine lilloise est le fer de lance d'une belle brochette frenchy : les TMC françaises se partagent les 10 premières places à parité avec les acteurs globaux, sans être relayées systématiquement aux 5 dernières. Une particularité du marché français : en Allemagne, en effet, dans le top 10, on ne trouve que deux TMC 100% nationales (sans partenariat, ni liens capitalistiques avec un acteur global)... aux 9ème et 10ème places. La tendance, bien que moins marquée, est à peu près la même au Royaume-Uni.
  • Au-delà de la 10ème place, les douze TMC classées disent la diversité des acteurs français. Prenons comme illustration la présence à la 15ème place de Jancarthier, et à la 18ème, d'Okarito. La première est une agence de voyage classique, née en 1963, leisure et business, quand l'autre, est un acteur technologique né en 2018, orienté "plug and play". Autre opposition possible : un Orsud, pointant à la 19ème place, très axé sur son marché méridional, et un VoyagExpert, 17ème, en voie d'"européanisation" (péninsule ibérique et Pologne).
  • Trois remarques pour finir. D'abord, on peut s'étonner de la présence de la licorne américaine Tripactions dont l'activité, en France, est marginale. En lien avec cette première assertion, on peut d'ores et déjà prédire des changements dans le classement 2022 : le même Tripactions (13ème) ayant avalé le 12ème Frequent Flyer Travel (Reed & Mackay) il y a quelques semaines. Idem pour Egencia (4ème), désormais propriété d'Amex GBT (2ème). Enfin, nous avouons - avec une certaine dose d'humilité et pas mal d'étonnement, aussi - la présence de deux ou trois acteurs qui nous sont méconnus, voire inconnus. Nul n'est prophète en son pays.