The Treep lève 1,6 million d’euros et souhaite repenser son business model

Le SBT éco-responsable finalise une nouvelle levée de fonds à hauteur de 1,6 million d’euros et fait entrer deux nouveaux investisseurs à son capital. L’objectif pour The Treep : continuer d’accompagner les entreprises dans la décarbonation de leurs déplacements professionnels tout en repensant son business model dans un contexte de crise et d’évolutions profondes. 

Créée en 2016 par Laurent La Rocca et Pierre-François Verbecque, la jeune pousse lève aujourd’hui 1,6 million d’euros auprès de deux nouveaux fonds d’investissements, IMA Participations et la Banque des Territoires. « Ce nouvel investissement va nous permettre d’accélérer notre développement commercial, sur le marché français en priorité et d’investir dans la R&D afin de faire évoluer notre produit et l’entreprise », nous confie Laurent La Rocca. Concernant un déploiement à l’international, le co-fondateur déclare que la demande est très forte en France et « qu’aujourd’hui, nous sommes sur un marché porteur, renforcé par la crise du Covid-19 ». 

> A lire aussi : Lauriers du Voyage d’Affaires 2022 : Les vainqueurs sont…

Une prise de conscience générale post-COVID

Si les différentes crises, économiques, géopolitiques et sanitaires ont permis de faire largement progresser la tendance au voyage responsable, pour Laurent La Rocca il existe encore une marge de progression dans le secteur du voyage d’affaires. « L’empreinte carbone est désormais devenue l’un des critères principaux lors d’un déplacement professionnel pour les voyageurs. Nous observons une nette progression de cette tendance post-Covid et de nombreuses entreprises ont envie de pousser le curseur au maximum pour décarboner leurs activités et leurs voyages d’affaires. Est-ce qu’aujourd’hui nous sommes au max de la prise de conscience ? Cela est difficile à dire mais en tout cas nous sommes sortis du déni et les entreprises sont prêtes à mettre en place de vraies initiatives », déclare-t-il. 

Accompagner les entreprises dans leur décarbonation 

Durant la crise sanitaire, la société a pris le temps de développer son circuit de distribution et a vu son chiffre d’affaires de nouveau progresser en 2022, même si « nous ne sommes pas encore au niveau de 2019 en termes de transactions et de volume d’affaires ». En cause, de nombreux changements structurels au sein des entreprises et des habitudes de travail qui ont fait évoluer notre façon de voyager et d’échanger. « Il y a désormais moins de présentiel et pour autant de nombreuses entreprises ne sont pas tombées dans le 100% digital, ce qui est une bonne chose. Ce sont de nouvelles habitudes, de nouvelles façons de travailler qui font que, désormais, certains voyages sont remplacés par un échange virtuel quand cela est possible », ajoute-t-il.

Sortir du business model transactionnel 

Si cette tendance va dans le bon sens en termes de durabilité, elle amène aujourd’hui The Treep à repenser son business model et l’accompagnement des entreprises. « Nous travaillons sur de nouveaux algorithmes qui vont nous permettre de calculer si le voyage est nécessaire pour l’entreprise, par exemple. Un outil d’aide à la décision qui va surtout être capable d’expliquer pourquoi un voyage est nécessaire ou pas, en prenant en compte plusieurs facteurs dont le coût financier, environnemental ou social », nous explique Laurent La Rocca.  

> A lire aussi : Jancarthier et The Treep s’associent : la parole aux acteurs

Réfléchir à l’essentialité du voyage et à comment faire évoluer son entreprise, voire le secteur du BT, voici les défis principaux que se lance The Treep pour 2023. « Il faut sortir du business model transactionnel si l’on veut favoriser la décarbonation. C’est assez radical comme position mais je l’assume totalement. Doubler le trafic aérien n’est pas un but en soi, il faut arriver à comprendre de quoi l’humanité a aujourd’hui besoin », conclut-il.