Travel manager, un métier de plus en plus stressant

242
Travel manager, un métier de plus en plus stressant

La cinquième enquête annuelle SAP Concur, Global Business Travel Survey, explore l'évolution de la fonction de gestionnaire de voyages, les défis et priorités qui continuent de remodeler leurs responsabilités et les programmes de voyages d'affaires.

Le rôle du gestionnaire de voyages a considérablement évolué au cours des
dernières années : des budgets de voyages à l'administration des politiques, en passant par la gestion des facteurs de santé et de sécurité pendant la pandémie. Aujourd'hui, leur rôle continue de changer car des facteurs socio-économiques tels que l'inflation, le développement durable et des questions géopolitiques telles que les conflits internationaux ont un impact sur leurs responsabilités.

Le rôle du Travel Manager devient de plus en plus stressant

Près de la moitié (47 %) des gestionnaires de voyages d'affaires déclarent que leur rôle est plus stressant aujourd'hui qu'il y a 12 mois. Sans surprise, le principal défi est l'inflation, faisant grimper le coût des voyages d'affaires, comme le ressentent 41 % des personnes interrogées.

Les gestionnaires de voyages doivent également relever les défis suivants :
➔ Assurer la sécurité des voyageurs dans des régions qui deviennent hostiles aux groupes
marginalisés (38%).
➔ Assurer la sécurité des voyageurs en cas de maladie ou de catastrophe naturelle (38 %).
➔ Trouver des options de voyage plus respectueuses de l'environnement (37%).
➔ Le manque de personnel au sein de leur société de gestion de voyages (30 %).

Les gestionnaires de voyages sont avides d'outils permettant d'améliorer la visibilité de tous les aspects des voyages. En effet, presque tous les travel managers (98%) disent que leur travail est entravé par le manque de données et d'analyses, en particulier lorsqu'il s'agit d'assurer la sécurité des voyageurs (39%), de démontrer le retour sur investissement à la direction (39%), de rendre compte des émissions de l'entreprise liées aux voyages (38%), de se conformer aux réglementations et aux normes du secteur (37%),
d'établir des budgets (37%) et de mettre à jour les politiques de voyage (37%).
"Le travail du gestionnaire de voyages est plus complexe que jamais", déclare Charlie Sultan, président de Concur Travel chez SAP Concur. "Leurs responsabilités vont bien au-delà de la gestion des voyages et des dépenses, et ils ont connu des licenciements et des pénuries de personnel au cours des dernières années, tant au sein de leurs propres équipes que dans leurs sociétés de gestion des voyages."

Menaces sur les voyages d'affaires

Le débat se poursuit sur la question de savoir quand ou si les voyages d'affaires reviendront à leurs niveaux d'avant la pandémie. Chez SAP Concur, les dépenses totales en billets d'avion sont en passe de dépasser les niveaux de 2022 et continuent de se rapprocher des niveaux de 2019. Cela peut être partiellement influencé par l'augmentation du prix des billets : le prix moyen des billets d'avion a augmenté de 11 % par rapport à 2019.

Cependant, selon les gestionnaires de voyages mondiaux, les plus grandes menaces pour les voyages d'affaires sont les retards et les annulations de dernière minute par les compagnies aériennes (45 %) et les fournisseurs de l'industrie du voyage qui changent leur façon de vendre et de réserver les voyages (38 %).
Les gestionnaires de voyages d'affaires identifient aussi des coupes budgétaires ou le gel des voyages (35 %) et l'inflation (32 %) comme menaces, mais il est intéressant de noter qu'ils ne considèrent pas le coût comme l'une des trois principales menaces pesant sur les voyages d'affaires.

Changements dans les politiques de voyage

Preuve supplémentaire que le changement est la nouvelle norme, 98 % des gestionnaires de voyages internationaux s'attendent à ce que leur entreprise modifie ses politiques de voyage au cours de l'année à venir. Selon près de la moitié (42 %) des personnes interrogées, le changement le plus courant consistera à permettre un meilleur suivi pour garantir la sécurité des employés dans certaines parties du monde.
En outre, au cours des 12 prochains mois, les travel managers déclarent que les politiques de voyage de leur entreprise vont changer :
➔ Pour répondre au besoin de flexibilité des voyageurs (par exemple, réserver directement auprès des fournisseurs) (38%).

➔ Pour mieux se conformer aux objectifs de développement durable
internes et externes (37%).
➔ Pour réduire leurs coûts de voyage (37%).
➔ Améliorer la visibilité des coûts et des voyageurs (36%).
Pour certains gestionnaires de voyages, le changement de politique sera un retour à la normale. Plus d'un sur trois (34 %) déclare qu'il reviendra aux politiques antérieures à la pandémie.