Tribune P.-E. Tetaz (SAP Concur) – 2023 : opportunités et zones de prudence

163
L'IDER : un indice de la maturité

Dans cette tribune, Pierre-Emmanuel Tetaz, DG EMEA chez SAP Concur, recense les tendances qui s'annoncent dans l'année à venir en termes de politique voyage, d'engagement des collaborateurs ou d'impacts d'éléments extérieurs, économiques notamment.

Après de nombreux défis consécutifs et sans précédent au cours des dernières années, les incertitudes persistent en 2023 et les entreprises sont aux aguets. Compte tenu de la situation économique en Europe, il est probable que certaines difficultés mettront à l'épreuve les capacités des dirigeants à obtenir de meilleurs résultats avec moins de ressources.

Cet environnement de travail sous pression aura, bien entendu, des conséquences sur la prise de décision, et les chefs d'entreprise doivent se préparer aux scénarios à venir. Trois tendances mondiales émergent en 2023 et sont pertinentes pour les chefs d'entreprise opérant dans la région EMEA.

Une plus grande importance accordée à l'évaluation du rapport coût-bénéfice des voyages d'affaires

Les dirigeants doivent examiner attentivement le rapport coût-bénéfice de leur programme de voyages d'affaires tout en maintenant des relations commerciales clés. Ainsi, si réduire les voyages d'affaires apporte des avantages financiers à court terme, il est essentiel de rencontrer les clients en personne pour augmenter et maintenir les flux de revenus, comme l'a montré l'absence de voyages d'affaires pendant la pandémie.

Alors que la pression sur les économies de ressources s'accroît, les dirigeants font preuve de stratégie en limitant les fonds alloués aux voyages et en veillant à ce que les budgets donnent la priorité aux comptes potentiellement lucratifs. Il s’agit également de réduire le nombre de voyages d'affaires mais de prolonger chaque déplacement pour optimiser l'efficacité. Cela place ainsi l'entreprise dans une position financièrement endurante et la prépare à une croissance compétitive lorsque l'économie commencera à se stabiliser.

L'engagement envers les initiatives sur le lieu de travail, telles que l'expérience des employés

Durant les prochains mois, les initiatives, pouvant être considérées comme "agréables à vivre", seront possiblement réduites. Par conséquent, les dirigeants doivent d'autant plus montrer la valeur des initiatives liées au lieu de travail, comme les voyages d'affaires, l'adoption des technologies, le soutien au travail hybride, l'expérience et le bien-être des employés, la diversité et l'inclusion (D&I) et la durabilité.

Si certaines coupes sont inévitables, il est important que les fondements de ces programmes soient maintenus et que les employés continuent de se sentir soutenus, car bien que ces dépenses ne soient pas directement liées aux revenus, ils sont un outil efficace pour retenir les talents, une grande différence lors des recrutements.

L'utilisation des outils de connexion et d'intégration va évoluer

Les outils numériques jouent un rôle plus important cette année dans la connexion et l'intégration des départements traditionnels, car ils permettent de créer de nouvelles efficacités. La transformation de départements tels que les finances et les RH va alléger une partie de la pression actuelle, causée par des facteurs macroéconomiques tels que l'inflation.

Les outils connectés génèrent des données complètes qui offrent les avantages d'une visibilité totale des dépenses de voyage, de prévisions précises, de rapports automatisés, de tableaux de bord et d'analyses. Et, de leur côté, les dirigeants sont en mesure d'utiliser ces informations pour prendre des décisions qui aideront l'entreprise à naviguer sur un marché turbulent. Les employés, quant à eux, ont l'avantage de disposer de plus de temps pour effectuer des tâches à forte valeur ajoutée, les outils connectés couvrant les tâches administratives.

Tendances spécifiques à la région EMEA

Les dirigeants opérant dans la région EMEA doivent également tenir compte des éléments suivants :

  • Un effort accru pour les politiques de voyage en train - En Europe, nous assistons à une évolution importante du transport aérien vers le transport ferroviaire. Par exemple, en France, les vols intérieurs ne sont plus disponibles, si une alternative en train inférieure à 2h30 existe. De fait, les voyages en train font de plus en plus partie intégrante des voyages d'affaires. Si les entreprises commencent déjà à mettre en œuvre des politiques de voyage mettant davantage l'accent sur le rail, elles doivent continuer à s'assurer que les politiques fonctionnent avec ce mode de transport.
  • Une économie particulièrement turbulente - Si les répercussions économiques du COVID-19 sont ressenties dans le monde entier, la situation est particulièrement difficile et volatile en Europe. La région fait face aux complications d'une récession imminente, de l'inflation, du Brexit et de la guerre en Ukraine. Tous ces facteurs ont entraîné de nombreuses difficultés pour les entreprises, à un point jamais atteint auparavant.

En conclusion, les dirigeants doivent  être particulièrement préparés aux évolutions rapides de la scène financière et politique. En ce qui concerne les voyages en particulier, les stratégies devront intégrer des mesures flexibles afin de garantir aux employés le plus de sécurité possible lors de leurs déplacements.