TripActions améliore sa solution Expense

251

La TMC introduit le remboursement rapide dans près de 30 monnaies locales sur sa plateforme TripActions Liquid. 

La société américaine lance une nouvelle fonctionnalité de remboursement rapide grâce à laquelle les employés qui engagent des dépenses personnelles pourront être remboursés plus rapidement. Disponible via l’offre TripActions Liquid, la solution de gestion des dépenses de la TMC permet le remboursement dans près de 30 monnaies locales et plus de 45 pays sous 24 à 48 heures. « Il suffit aux employés d’associer leur compte bancaire personnel à leur profil dans l’application TripActions Liquid avant de soumettre une dépense. Tout le processus de remboursement (de la soumission de la dépense au virement du montant correspondant) est ensuite tracé numériquement« , explique la société à travers un communiqué. Contacté par nos soins, Zahir Abdelouhab, General Manager France de TripActions, nous confirme que cette fonctionnalité sera déployée sur tous les marchés y compris en France. 

> A lire aussi : Zahir Abdelouhab (TripActions) : « La chute de l’Empire romain est proche »

En parallèle, plusieurs améliorations sont en cours de développement et concernent les 3 activités principales de la société américaine, dont l’Expense, le Travel et la carte de paiement. « Nous sommes une entreprise technologique. Le développement et l’amélioration de nos fonctionnalités sont dans notre ADN. Notre objectif est d’offrir une expérience utilisateur sans couture au sens large, du côté de l’utilisateur et de l’administrateur », explique Zahir Abdelouhab. Le responsable du marché français nous confie notamment que l’accueil réservé à la nouvelle TMC « va bien au delà de ce qu’on attendait ». « Nous avons déjà plus de 50 entreprises clientes en France, dont de nombreuses de la French Tech. Il y a quelques semaines nous avons signé avec Unilever ce qui veut dire que nous allons travailler avec leurs équipes au niveau local à travers le monde. C’est une très belle opportunité pour nous », conclut-il.