Voyage d’affaires : 2019 reviendra en 2026 (GBTA)

214
Business model des TMC : Manor veut mettre les pieds dans le plat
(Ph. Artem Zhukov)

La dernière livraison du GBTA Business Travel Index revoit ses prévisions d'activité du voyage d'affaires. Dix-huit mois supplémentaire pour un de retour à la normale en 2025-2026.

L'inflation, les prix de l'énergie, les difficultés d'approvisionnement, et les pénuries de main-d'œuvre auront eu raison de cet horizon 2024 comme retour à un business travel (BT) façon 2019. Après le sanitaire, c'est donc l'économique qui plombe l'optimisme.

En effet, malgré une industrie mondiale des voyages d'affaires qui poursuit sa progression vers une reprise complète aux niveaux de dépenses pré-pandémiques de 2019 de 1,4 milliard de dollars américains; malgré l'amélioration des conditions sanitaires, la détérioration rapide, à partir du premier trimestre 2022, de nombreux indices macroéconomiques auront un impact néfaste sur le BT.

2022 = 65% de 2019

Ainsi, en s'appuyant notamment sur des données fournies par Mastercard, sur une étude des dépenses et de la croissance des voyages d'affaires couvrant 73 pays et 44 secteurs et sur des enquêtes auprès des cadres financiers mondiaux et des voyageurs d'affaires, il ressort de ce 14e index GBTA que :

  • Les dépenses totales en voyages d'affaires dans le monde ont atteint 697 milliards de dollars en 2021, soit 5,5 % de plus que le creux de l'ère pandémique de 2020. L'industrie a récupéré environ 36 milliards de dollars sur les 770 perdus en 2020.
     
  • La récupération a été court-circuitée par la variante Omicron et la flambée des cas mondiaux de Covid fin 2021 et début 2022. Alors que le nombre de cas commençait à diminuer, les voyages d'affaires ont augmenté. Les dépenses mondiales en voyages d'affaires en 2022 devraient progresser de 34 % par rapport aux niveaux de 2021 pour atteindre 933 milliards de dollars, revenant à 65 % des niveaux d'avant la pandémie.
     
  • La reprise en 2022 dépendait et a été largement tirée par l'amélioration des quatre facteurs de la reprise mondiale des voyages d'affaires : l'effort mondial de vaccination , les politiques nationales de voyage , le sentiment des voyageurs d'affaires et la politique de gestion des voyages - où les conditions se sont considérablement améliorées au cours des six dernières années. mois. 

Boule de cristal

Concernant les prévisions des dépenses de BT dans les mois et années à venir, l'analyse GBTA, tenant compte de la situation économique actuelle et extrapolant en fonction de tendances observées par le passé considère que

  • Les voyages d'affaires mondiaux atteindront presque les niveaux d'avant la pandémie en 2025, atteignant 1,39 milliards de dollars (la barre des 1,4 milliards de dollars de 2019 serait ne serait pas atteinte avant la mi-2026 où elle serait même dépassée avec 1,47 milliards de dépenses. 
     
  • Les principaux obstacles à une reprise plus rapide des voyages d'affaires dans le monde sont : l'inflation persistante, les prix élevés de l'énergie, les graves problèmes de chaîne d'approvisionnement et les pénuries de main-d'œuvre, un ralentissement économique et des blocages importants en Chine, et les principaux impacts régionaux dus à la guerre en Ukraine. ainsi que les nouvelles considérations de durabilité.

Divergences régionales 

Au total, les dépenses mondiales en voyages d'affaires devraient augmenter de 33,8 % en 2022, mais des différences sont attendues entre les principaux marchés. Le moment et le rythme de la reprise continueront de varier considérablement d'une région à l'autre, comme ce fut le cas en 2021. Il en ressort que :

  • L'Amérique du Nord est la région où la reprise fut la plus forte en 2021, en grande partie grâce au retour rapide des voyages intérieurs. L'Europe de l'Ouest a été la seule région à avoir connu une baisse des dépenses l'année dernière (versus 2020), à cause de la pandémie. Les deux régions devraient connaître les reprises les plus marquées avec des augmentations de la croissance annuelle composée de, respectivement, 23,4 % (à 363,7 milliards de dollars) et de 16,9 % (à 323,9 milliards de dollars), d'ici 2026 . 
  • L'Asie-Pacifique, en particulier la Chine, a fortement contribué à la reprise des dépenses du BT en 2021. Cette tendance s'est inversée en 2022, notamment en raison de la politique "zéro-Covid" de la Chine ayant conduit à des confinements à grande échelle et à l'ouverture très progressive d'autres pays de la régionPour 2022, une solide augmentation de 16,5 % (à 407,1 milliards de dollars, dont 286,9 pour la seule Chine) des dépenses est attendue en Asie-Pacifique, la région se rétablissant à 66 % des niveaux pré-pandémiques d'ici la fin de 2022.  
  • Les dépenses de voyages d'affaires en Amérique latine ont légèrement augmenté en 2021, l'effort de vaccination ayant été plus lent à porter ses fruits. Une croissance de 55% des dépenses en Amérique latine est prévue pour cette année, les voyages d'affaires revenant à 83 % des totaux d'avant la pandémie.  

Défis et opportunités 

En juillet 2022, GBTA a interrogé plus de 400 voyageurs d'affaires fréquents et une soixantaine de décideurs en matière de budget de voyage dans quatre régions du monde. Le sentiment général est positif et confirme que les inquiétudes liées au Covid passent au second plan, derrière les défis macroéconomiques et géopolitiques actuels.   

    • 85 % des voyageurs d'affaires interrogés ont déclaré qu'ils avaient absolument besoin de voyager pour atteindre leurs objectifs commerciaux. Plus des trois quarts ont déclaré s'attendre à voyager plus ou beaucoup plus pour le travail en 2023 qu'en 2022. 
       
    • 84 % des professionnels seniors de la finance d'entreprise ont déclaré être convaincus que leurs dépenses de voyage augmenteraient "un peu" ou "significativement" en 2023 par rapport à 2022.
       
    • 73 % des voyageurs d'affaires et 38 des 44 cadres supérieurs de la finance s'accordent à dire que l'inflation/la hausse des tarifs aura un impact sur les volumes de voyages
    Nonobstant son optimisme mesuré, cet index 2022 a donc ceci de réjouissant qu'il ressemble un peu plus à 11 de ces 13 prédécesseurs : l'économie y reprend ses droits naturels au détriment du parasitage sanitaire. Mais le virus circule toujours bel et bien... au moins dans les têtes : 68% des voyageurs d'affaires et 36 des 44 cadres financiers s'attendent à ce que les taux d'infection et les variantes de Covid aient un impact sur leurs voyages.