Voyages d’affaires : les 10 principaux risques pour 2020

Les effets du changement climatique et la dernière année potentielle de l’administration Trump seront les deux facteurs de risque les plus importants pour les voyages d’affaires en 2020, selon la société de renseignements sur les risques de voyage Riskline.

- Publicité -

Bien malin celui qui pourra prédire ce qui arrivera en 2020. Il n’est cependant pas inutile d’effectuer un examen attentif des tendances actuelles et émergentes afin de lister les informations cruciales pour les entreprises qui planifient l’année à venir. Tous les risques évoqués dans cet article sont d’égale importance, même si deux d’entre eux représentent les menaces les plus dangereuses pour la sécurité en 2020 : les effets continus du changement climatique et la dernière année potentielle de l’administration Trump.

Le changement climatique

Les changements climatiques ont entraîné des régimes anormaux de pluies torrentielles, des inondations dévastatrices, des tempêtes violentes, des vagues de chaleur prolongées et une augmentation des températures – tout cela entraînant une pénurie d’eau croissante, des sécheresses et des incendies de forêt dangereux. Avec la fréquence accrue de ces catastrophes naturelles – par exemple, l’ouragan Dorian qui a causé des destructions massives à travers les Bahamas en septembre 2019 – les décès, les perturbations des affaires et des voyages et les pannes d’électricité et de communication deviennent récurrents. Les efforts pour inverser les dommages causés par le changement climatique sont insuffisants car les États-Unis, deuxième plus grand émetteur de carbone, prévoient de se retirer de l’Accord de Paris en 2020 si M. Trump remporte un autre mandat.

Brexit et guerre commerciale USA-Chine

Les résultats du référendum de Brexit en 2015 au Royaume-Uni et de l’élection présidentielle de 2016 aux États-Unis (É.-U.) continuent de bouleverser les normes politiques nationales en vigueur depuis longtemps dans les deux pays. L’issue à long terme de ces deux événements n’est pas claire pour le moment, mais un retour au statu quo est peu probable dans l’un ou l’autre pays – les coalitions pro-Brexit et pro-Trump qui ont gagné en 2015 et 2016 ont mobilisé des forces sociales qui resteront sur la scène pendant des années. Lorsque le Royaume-Uni quittera l’UE, cela entraînera des changements économiques majeurs dans le bloc commercial et, dans le même temps, les membres de l’UE seront confrontés à de nouvelles perturbations économiques dues aux retombées de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine car, jusqu’à présent, aucun des rivaux démocrates du président Trump n’a promis de supprimer les droits de douane imposés par son administration.

Le terrorisme islamiste

Le terrorisme islamiste restera un risque pour les voyageurs en 2020, car les anciens membres de l’État islamique (IS) affaibli chercheront à mener des attaques de représailles après la mort de l’ancien dirigeant de l’IS, Abu Bakr al-Baghdadi, lors d’un raid mené par les États-Unis en Syrie en octobre 2019. Les anciens combattants de l’IS et les individus inspirés par l’IS chercheront à mener des attaques de loup solitaire dans tout pays où il y a un grand nombre de visiteurs étrangers.

Le terrorisme d’extrême-droite

Les politiciens d’extrême droite et les organisations médiatiques gagneront encore en importance dans le monde occidental en 2020, en particulier au moment où le président des États-Unis (US) Donald Trump intensifie sa campagne pour l’élection présidentielle de novembre. Des attaques similaires à la fusillade meurtrière de mars 2019 dans une mosquée et un centre islamique à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, et à la fusillade de masse d’août 2019 à El Paso, au Texas, restent possibles, en particulier aux États-Unis, car les groupes d’extrême droite gagnent en attrait et renforcent leur présence dans la politique américaine dominante.

Épidémies infectieuses

Des populations importantes et très mobiles, une urbanisation croissante, des réponses gouvernementales faibles et des infrastructures de santé privées, ainsi que des attaques contre les travailleurs de la santé dans les zones de conflit, associées aux effets du changement climatique, sont autant de facteurs qui rendent plus fréquentes les épidémies de maladies comme le virus Ebola, le choléra, la fièvre jaune et d’autres maladies transmises par les moustiques. En 2019, de violentes épidémies de dengue ont été signalées au Brésil, aux Philippines, au Mexique, au Nicaragua, en Thaïlande, en Malaisie et en Colombie. Les scientifiques prévoient que 80 % des chances de voir se produire un phénomène météorologique El Niño en 2020, qui entraînera des pluies catastrophiques et de longues sécheresses dans les pays du pourtour de l’océan Pacifique et ouvrira la voie aux maladies transmises par les moustiques.

Pannes d’internet

En 2018 et 2019, les pannes d’Internet visant à stopper la propagation des manifestations antigouvernementales ont coûté au Soudan, à l’Iran, à l’Irak, à l’Ethiopie, au Tchad, à l’Inde, au Sri Lanka, au Bangladesh, à la République démocratique du Congo et au Venezuela des milliards de dollars en perte d’activité économique. Cette tactique continuera de prévaloir en 2020, car les gouvernements préfèrent contenir le mécontentement exprimé en ligne plutôt que d’y remédier.

Manifestations pro-démocratie et nationalisme

En 2019, il y a eu une augmentation considérable des protestations anti-système dans le monde entier, notamment en Amérique latine, dans certaines parties de l’Europe, au Moyen-Orient et en Asie de l’Est. Comme le mécontentement populaire à l’égard des gouvernements s’accroît dans de nombreux pays en raison de problèmes économiques et sociaux, il faut s’attendre à ce que ces mouvements de protestation augmentent en volume et en fréquence en 2020. En outre, les sentiments nationalistes sont également en hausse dans toute l’Europe, mis en évidence par les protestations de masse pour l’indépendance/l’autodétermination en Catalogne, tandis que la montée de larges fronts anti-corruption a exercé des pressions sur les gouvernements en place dans des pays comme la Serbie, la Roumanie, la Hongrie et la Moldavie. Parmi les autres pays à surveiller, on peut citer le Royaume-Uni à l’approche de l’échéance de Brexit.

Géopolitique du Moyen-Orient

Depuis 2015, la Russie a intensifié ses engagements militaires et économiques au Moyen-Orient, principalement en Syrie et en Turquie, mais elle a aussi développé ses liens avec Israël, le Liban, la Libye, l’Irak, l’Iran, l’Egypte, les Emirats arabes unis et l’Arabie saoudite, au détriment des Etats-Unis (US). La Russie continuera à jouer un rôle de saboteur dans la région en 2020.

Les événements sportifs internationaux

Les grands événements sportifs comme les Jeux olympiques d’été au Japon, l’Euro de l’UEFA, la Copa America en Argentine et en Colombie et les trois Grands Tours cyclistes sont susceptibles de présenter des risques pour les voyageurs en 2020. Les risques potentiels comprennent le terrorisme ciblé en raison des grandes foules et de l’intérêt médiatique mondial. En outre, des perturbations des transports aériens en Europe sont également possibles si l’un des événements du tournoi devait coïncider avec des grèves prolongées dans le secteur aérien.

Les pénuries d’eau

Comme les vagues de chaleur augmentent en intensité et en durée, les protestations contre la pénurie d’eau vont probablement se multiplier en 2020, en particulier dans les pays en situation de stress hydrique comme l’Inde et le Pakistan, et dans les pays du Moyen-Orient comme l’Iran, l’Irak et le Liban. On peut s’attendre à de violents affrontements entre agriculteurs et éleveurs pour des ressources en eau et en terres de plus en plus rares dans des pays comme le Mali et le Nigeria, tandis que le mécontentement du public s’étendra probablement à des poches de pénurie extrême d’eau dans des régions sous-développées d’Italie et d’Espagne ainsi que dans les États américains du Nouveau-Mexique et de Californie.