Soudan : il est recommandé de reporter les déplacements « non indispensables »

Malgré la chute du président soudanais Omar al Béchir, les manifestations se poursuivent au Soudan. Face à ce climat politique instable, le ministère des Affaires étrangères recommande aux voyageurs d'affaires de différer les déplacements "non indispensables" dans le pays africain.

Le président Omar al Béchir, à la tête du Soudan depuis 30 ans, a été destitué par l'armée le 11 avril 2019. Un Conseil militaire de transition a été institué pour assurer la direction du pays. Son chef, Abdel Fattah Abdelrahman Bourhane, a assuré lors d'un discours le 13 avril 2019 qu'un gouvernement civil sera formé et que la période de transition ne dépassera pas les deux ans.

Pour apaiser les manifestants qui sont toujours dans la rue, il a également mis un terme au couvre-feu qui avait été instauré pour un mois et promis la libération des personnes arrêtées depuis le début du mouvement de contestation en décembre. Malgré ces annonces et le départ de plusieurs cadres de l'ancien régime, les Soudanais restent mobilisés et manifestent entre autres devant le QG de l'armée.

Dans ce contexte, le quai d'Orsay recommande aux professionnels en déplacement français de :
- différer les voyages non indispensables au Soudan ;
- faire preuve d’une vigilance constante : se tenir à distance des lieux de manifestations et de tout rassemblement sur la voie publique ; se mettre à l’abri en cas de troubles.
- à Khartoum, ne pas s’approcher du quartier proche de l’état-major général des armées soudanaises.

Pour mémoire, en cas d’urgence, l’Ambassade de France à Khartoum est joignable 24H/24 au numéro suivant : 00 249 (0)9 12 73 41 92.