Aérien européen : la reprise devrait être encore plus lente que prévue, d’après Moody’s

Aérien européen : la reprise devrait être encore plus lente que prévue, d'après Moody's

Le rebond du virus et le rythme de la vaccination sur le Vieux continent font revoir à la baisse les prévisions de Moody's quant à la reprise du transport aérien européen.

"Les prévisions de reprise pour le transport aérien en Europe ont été revues à la baisse comparativement à nos attentes de novembre 2020 pour le secteur international, compte tenu de la recrudescence des infections de coronavirus et la campagne de vaccination jugée trop lente (...)", indique Moody's Investors Service dans un rapport publié ce 21 avril.

Moody's s'attend dès lors à un démarrage lent de la saison estivale en Europe avec, en tête, les vols de loisirs court-courriers qui devront s'intensifier à partir de la mi-août, lorsque 60 à 70 % de la population européenne aura été vaccinée, ce qui nécessiterait également une accélération significative du rythme de vaccination par rapport au rythme moyen du premier trimestre 2021.

Sur ce graphique, en vert, le scénario optimiste; en bleu foncé, le scénario pessimiste; en bleu clair, le scénario médian. En prenant comme critère le revenu/passager/km, les prévisions pour septembre 2021 tablent sur des niveaux de 25 à 50% de celui de 2019 à la même période. Fin 2021, de 35 à 65%... De tels écarts entre les prévisions hautes et basses montrent bien à quel point l'incertitude est grande.

L'analyse financière

L'étude précise que ces retards pris dans la reprise de l'aérien - par rapport aux prévisions de novembre dernier, "entrainent une consommation soutenue de trésorerie et exercent une pression persistante sur le bilan des compagnies aériennes".

"À moins d'une reprise rapide de leurs performances opérationnelles et d'une capacité à générer des flux de trésorerie, les compagnies aériennes pourraient être soumises à une pression croissante pour lever des capitaux et céder des actifs afin d'éviter d'alourdir leur dette et de protéger leurs bilans", précise Stanislas Duquesnoy, Senior VP chez Moody's qui co-signe l'étude. 

La plupart des compagnies aériennes européennes notées, telles que EasyJet, Wizz Air, ou encore Lufthansa, disposent de 450 à 650 jours de liquidités pour faire face à une période prolongée de baisse du trafic passagers.

Cependant, les compagnies aériennes devront conserver, selon ces mêmes prévisions, une consommation de trésorerie élevée au cours du deuxième semestre de l'année avec des bilans plus affaiblis que prévu en novembre 2020. Le secteur européen du transport aérien est confronté à un niveau élevé d'incertitude quant au rythme de la reprise à venir. Les taux d'infection, les stratégies de dépistage et les progrès des campagnes de vaccination demeureront des éléments essentiels pour une reprise plus progressive.